"Les dons représentent moins de 10% de ce que l'État a acheté, ils n'atteignent pas 50 tonnes", a déclaré Silvia Lutucuta lors d'une conférence de presse à Luanda où elle a fait le bilan épidémiologique quotidien de Covid-19.

Le ministre, qui a réagi avec colère à la question d'un journaliste sur une suspicion de corruption liée à l'acquisition de matériels de biosécurité, a garanti que les «marchés les plus compétitifs» et les meilleurs prix étaient recherchés.

"Nous recherchions des marchés plus compétitifs et, par conséquent, nous sommes allés en Chine pour acheter bon nombre de ces moyens", a-t-il dit, se disant "offensé" et que les membres de la commission interministérielle de prévention et de lutte contre Covid-19 se sentiraient également de cette façon. forme.

"Nous travaillons tous les jours pour le pays, sans heures de repos car nous sentons la responsabilité de sauver des vies", a-t-il souligné.

«C'est avec une grande tristesse que je réponds à cette question, car nous sommes dans cette croisade dans la lutte contre la corruption et nous nous efforçons d'utiliser au mieux les ressources publiques. Je veux garantir que les économies ont été énormes et nous sommes ici pour vous informer de la vérité », a répondu Silvia Lutucuta.

Le ministre a également déclaré que des avions du transporteur angolais TAAG ont été utilisés pour ramasser les marchandises, après que le gouvernement angolais a résilié le contrat avec Ethiopian Airlines, dont les vols étaient utilisés pour transporter des entités étrangères, et que la cargaison a été confisquée.

Le responsable de la santé a annoncé, d'autre part, que les tests sérologiques commenceront cette semaine, déjà validés par plusieurs organisations internationales comme moyen de diagnostic rapide qui ne sert qu'au dépistage et qui augmenteront la capacité de test de l'Angola, "mais pas donne un diagnostic définitif ».

Le test, a-t-il ajouté, sera appliqué aux dépistages dans des populations "très bien définies".

Silvia Lutucuta a déclaré que le ministère angolais de la Santé a effectué «un travail approfondi d'accréditation des unités publiques et privées en rapport avec les tests», comptant actuellement sur six centres auxquels s'ajouteront bientôt d'autres laboratoires.

Comme il l'a expliqué, ceux-ci ne sont pas encore opérationnels "car les équipements disponibles nécessitent des réactifs peu faciles à trouver sur le marché international".

Le titulaire du portefeuille Santé a mis en garde contre les tests rapides en cours à la Clinique Meditex, qui n'est pas autorisée à effectuer les tests et a souligné que ce type de tests n'est pas validé en Angola.

RCR // JMR

Le contenu de Covid-19: les dons de matériel à l'Angola représentent 10% de l'investissement dans la prévention des risques biotechnologiques apparaît d'abord à Visão.