L'accord, financé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque asiatique de développement (BAD) a été signé aujourd'hui par le ministre des Finances timorais, Fernando Hanjam, et par le chef du PNUD au Timor-Leste, Munkhtuya Altangerel.

Munkhtuya Altangerel a souligné l'importance du programme dans le contexte de l'appui du PNUD «à la création de moyens de subsistance durables grâce à l'horticulture, l'aquaculture, l'artisanat, la gestion des déchets, le tourisme communautaire, la pêche, l'élevage, l'agro-industrie durable et la gestion des ressources naturelles» .

Le projet reconnaît que l'un des plus grands impacts de la pandémie de Covid-19 – le pays est actuellement sans cas actifs – a été sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations les plus vulnérables, en particulier dans les zones rurales.

Une analyse préliminaire réalisée par le Gouvernement timorais et plusieurs organisations, rendue publique aujourd'hui, montre que la pandémie de la covid-19 a affecté la situation alimentaire et les revenus de la plupart des familles timoraises, aggravant les conditions qui, en particulier au niveau rural, ils étaient déjà problématiques.

Environ 81% des 1 200 familles interrogées ont déclaré que la pandémie de Covid-19 «avait un impact négatif sur leurs sources de nourriture et leurs revenus» et environ 40% ont dû adopter plusieurs alternatives pour faire face au problème, notamment en réduisant leur consommation alimentaire. journal intime.

C'est, explique une note du PNUD envoyée à Lusa, pour soutenir la réponse du gouvernement à «la mise en œuvre d'un projet de sécurité alimentaire qui soutiendra la santé communautaire et les économies agricoles des personnes les plus vulnérables du pays».

Le Timor-Leste contribue un million de dollars, donné par la BAD, auquel s'ajoutent environ 105 mille dollars du PNUD, en donnant la priorité à 25 000 personnes considérées comme particulièrement vulnérables dans les municipalités de Covalima, Baucau, Bobonaro et Dili et dans l'enclave d'Oecusse. Ambeno.

«Les paniers alimentaires assureront une alimentation équilibrée à ceux qui en ont besoin et un revenu supplémentaire aux agriculteurs en ce moment de ralentissement économique», dit-il.

En plus d'acheter et de distribuer de la nourriture – soutenant ainsi les agriculteurs locaux – le programme comprend une composante éducative, aidant les familles à préparer des recettes simples mais nutritives en utilisant des aliments locaux.

ASP // ME

Le contenu de Covid-19: le PNUD et le ministère timorais des Finances signent un accord pour soutenir la sécurité alimentaire apparaît d'abord à Visão.