« Jusqu’au 8 juin, 3 833 actions de sensibilisation avaient été menées à travers le pays pour respecter les mesures de protection en vigueur », a indiqué la police maritime, dans une réponse transmise aujourd’hui à l’agence de presse Lusa.

L’autorité maritime rappelle qu’entre le 18 mai et le 8 juin, aucun baigneur n’a été verbalisé pour non-respect des règles définies pour l’accès, l’occupation et l’utilisation des plages de la saison balnéaire 2021, dans le but de prévenir, contenir et atténuer la transmission de l’infection due au Covid-19.

« Depuis l’entrée en vigueur du décret-loi n°35-A/2021, du 18 mai, aucun constat d’infraction n’a été délivré pour non-respect des mesures de confinement du covid-19 pour les baigneurs sur les plages », précise-t-il.

Concernant les autres infractions administratives, la Police Maritime indique que quatre avis ont été émis relatifs à l’exploitation d’établissements en dehors des heures autorisées par la loi (sociétés de tourisme maritime) et à la surpopulation dans les transports fluviaux collectifs de passagers.

Malgré la vérification de « quelques non-respects des mesures actuellement en vigueur sur les plages, à savoir le port du masque et la distanciation physique », la Police Maritime rappelle que sa posture est « essentiellement pédagogique et de sensibilisation, afin de prévenir et corriger une situation potentielle d’infraction ».

Selon l’autorité maritime, les habitants ont respecté les indications des éléments de police.

Les règles d’accès aux plages et aux zones de baignade cet été, établies par le Gouvernement dans le cadre de la pandémie, sont entrées en vigueur le 18 mai.

En plus de réglementer l’accès, l’occupation et l’utilisation des plages, le diplôme s’applique également, « avec les adaptations nécessaires, à l’utilisation des piscines extérieures ».

Le diplôme institue des amendes pour ceux qui ne respectent pas les règles, allant de 50 à 100 euros, pour les particuliers, et de 500 à 1 000 euros, pour les personnes morales.

Parmi les règles établies (et dont le non-respect est passible d’amendes) figure l’utilisation de masques sur les accès à la plage et l’utilisation de supports, de restaurants ou de toilettes, la distance sociale entre les personnes et les groupes, les auvents et les chaumes doivent avoir trois mètres entre alors que pour les tentes la distance est d’un mètre et demi, avec pas plus de cinq utilisateurs autorisés par auvent, chaume ou tente.

En dehors de la zone de concession, les utilisateurs doivent écarter les serviettes d’au moins un mètre et demi, à condition qu’ils ne soient pas du même groupe, et les parasols doivent être distants d’au moins trois mètres.

Comme dans les tentes, les équipements à usage collectif tels que pédalos, toboggans, douches et chaises amphibies pour personnes à mobilité réduite seront aseptisés en cas de changement d’utilisateur.

La fourniture de massages et de services similaires n’est pas autorisée, ainsi que les activités sportives non individuelles en mer ou dans la zone définie pour l’usage de la baignade, bien qu’avec des exceptions : deux personnes ou plus peuvent pratiquer des sports « lorsque le statut d’occupation de la plage est bas » et les cours dispensés par les écoles ou les moniteurs de surf et sports similaires sont également autorisés, à condition qu’il n’y ait que cinq élèves par moniteur et qu’il y ait une distance de « un mètre et demi entre chaque participant, tant sur terre qu’en mer ».

Les vendeurs ambulants peuvent circuler sur la plage, à condition de respecter les règles et consignes d’hygiène et de sécurité et doivent porter un masque au contact des usagers.

Les concessionnaires peuvent également être verbalisés pour manque d’espaces renseignés sur les règles ou pour non-respect des règles de la Direction générale de la santé (DGS) en matière d’hygiène et de limites d’occupation des espaces tels que les toilettes et les restaurants.

En règle générale, le diplôme établit pour les usagers et les concessionnaires les règles de lutte contre la pandémie déjà connues : étiquette respiratoire, distanciation physique et hygiène des mains et des espaces lors de l’utilisation de la plage.

Avant d’accéder à la plage, les utilisateurs peuvent vérifier la capacité de la plage grâce à des informations mises à jour tout au long de la journée sur l’application mobile « Info praia » et sur le site Web de l’Agence portugaise de l’environnement (APA).

JML (RCS) // MCL

Le contenu Covid-19 : la police maritime mène plus de trois mille actions de sensibilisation sur les plages apparaît en premier à Visão.