Les autorités angolaises ont dépensé près de 35 millions de kwanzas (53 milliers d'euros) entre avril et mai, pour distribuer 119 millions de litres d'eau aux citoyens de Luanda sans accès au réseau public, en raison du covid-19, a indiqué aujourd'hui une source officielle.

Les coûts indirects de logistique et d'acquisition de matériel de biosécurité pour ce procédé dans la capitale angolaise étaient d'environ 62 millions de kwanzas (93 milliers d'euros).

La situation était en cours d'analyse aujourd'hui, lors de la troisième session ordinaire du Conseil national de l'eau (CNA) d'Angola, qui s'est tenue à Luanda, sous la présidence du vice-président de l'Angola, Bornito de Sousa.

Dans un communiqué de presse, la CNA a rapporté que les provinces angolaises restantes ont absorbé 134,6 milliers de mètres cubes d'eau pendant cette période, pour un coût total d'environ 23,4 millions de kwanzas (35 milliers d'euros).

Pendant les mois d'avril et mai, le coût de l'eau distribuée gratuitement, indique le Conseil national angolais de l'eau, s'élevait au total à 264 867,79 litres avec des coûts directs de 45 millions de kwanzas (68 milliers d'euros).

Chaque jour, les citoyens de Luanda et d'autres régions du pays se plaignent du manque d'eau potable pour réguler l'hygiène en période de pandémie.

Une proposition de création de bureaux régionaux dans les bassins hydrographiques prioritaires, à savoir Catumbela, Cavaco et Caporolo, Cuanza, Queve et Longa et Zambeze, a également été analysée lors de cette session.

«Il est prévu, avec cette proposition, de réaliser une mise en œuvre progressive des futurs bureaux régionaux de gestion des bassins versants, avec la nature des services exécutifs locaux de l'Institut national des ressources en eau (INRH), visant à une gestion plus étroite et opérationnelle des ressources en eau à niveau régional », lit-on dans la déclaration.

Ces mesures, qui, selon les autorités angolaises, ont été établies dans le Plan National de l'Eau, se traduisent par «le renforcement des systèmes d'adduction d'eau, la construction de barrages à des fins multiples, ainsi que l'assurance des débits et l'utilisation des eaux souterraines. ».

La CNA a également été informée des projets structurels de lutte contre la sécheresse dans les bassins de Cunene et Cuvelai, suite à l'Ordonnance du président angolais, João Lourenço, d'avril 2019, qui détermine «l'identification et l'exécution de solutions structurelles pour la région sud. ».

Les travaux menés par les commissions des bassins transfrontières, à savoir la Commission permanente des eaux du bassin cubain / Okavango entre l'Angola, la Namibie et le Botswana (OKACOM), la Commission internationale du bassin du Cuvelai entre l'Angola et la Namibie, la Commission technique mixte permanente Angola / La Namibie pour le bassin de la rivière Cunene, entre autres, était également à l'étude à la réunion.

José Gomes de Andrade Ambriz a été présenté, à l'époque, comme secrétaire permanent du Conseil national de l'eau d'Angola.

Le Conseil national de l'eau est un organe consultatif permanent du titulaire du pouvoir exécutif angolais pour la coordination et l'articulation entre les différents secteurs en matière de planification, de gestion et d'utilisation des ressources en eau.

L'Angola est en état de calamité publique depuis le 26 mai et compte 1 109 cas de covid-19, dont 663 actifs, 15 dans un état grave et huit dans un état critique, 395 guéris et 51 décès.

DYAS // VM

Covid-19: La distribution d'eau à Luanda a coûté 53 000 euros entre avril et mai – Le gouvernement apparaît en premier à Visão.