Les entreprises portugaises ont diminué leur chiffre d'affaires de 35% en avril et de 30% en mai, selon une estimation de la Banco de Portugal (BdP) basée sur l'enquête réalisée en collaboration avec l'Institut national de la statistique (INE).

"Les principaux résultats indiquent que le chiffre d'affaires des entreprises en avril – la période de l'état d'urgence – était inférieur d'environ 35% au niveau attendu sans pandémie", peut-on lire dans l'un des encadrés du BdP Economic Bulletin, connu aujourd'hui.

En mai, avec la fin de l'état d'urgence et moins de mesures de confinement, "les résultats suggèrent une très légère amélioration, l'activité des entreprises affichant une baisse de 30% par rapport à une situation normale".

En avril, selon l'étude BdP, plus de la moitié de la baisse d'activité «était liée aux secteurs du commerce, des transports, de l'hébergement et de la restauration et autres services», et les plus directement touchés «étaient l'hébergement et la restauration et le transport et le stockage (en particulier le transport aérien), avec des réductions de 70% et 60% respectivement ».

"Dans le secteur du commerce, où le chiffre d'affaires aura été de 33% inférieur à la normale au cours du mois d'avril, l'impact le plus important sur le commerce de détail des biens non essentiels et sur le commerce et la réparation des véhicules à moteur" se détache, selon le BdP.

Dans les autres services, "la baisse du chiffre d'affaires aura été de l'ordre de 40%, mais elle a dépassé 70% dans les activités artistiques, récréatives et récréatives et 50% dans les activités de santé humaine".

Le secteur le plus aligné sur la moyenne d'avril était celui de l'industrie et de l'énergie, et «il aura été plus expressif dans l'industrie manufacturière, où l'activité aura été d'environ 60% du niveau normal, reflétant principalement les ruptures de fabrication de transport, production d'énergie et industrie du textile et de la chaussure ».

En revanche, dans les activités de construction et d'immobilier, l'activité est restée à 75% des niveaux normaux, dans le secteur de l'information et de la communication, le chiffre d'affaires a été proche de 85% du niveau normal, et dans les télécommunications il y a eu une réduction de 8% selon l’étude BdP.

Pour l'ensemble des secteurs couverts par l'enquête conjointe de la BdP et de l'INE, en termes de personnes effectivement actives, on estime «une baisse de 29% par rapport au niveau normal», et «sont largement cohérentes avec les baisses d'activité , quoique de moindre ampleur ».

En ce qui concerne le recours au «licenciement», «il a été particulièrement expressif dans les hébergements et les restaurants, où le personnel effectivement employé aura été réduit à moins de la moitié», contrairement à ce qui s'est passé dans l'information et la communication et dans les activités de construction et d'immobilier. , où «les réductions de personnel ont été moindres et les entreprises auront eu recours à ce soutien dans une moindre mesure».

«Les absences dans le cadre de l'état d'urgence, pour cause de maladie ou pour subvenir aux besoins de la famille, ont été une raison supplémentaire de la réduction du personnel travaillant réellement au cours du mois d'avril», note la BdP, soulignant également que «le recours au télétravail a permis limiter les réductions de personnel au service effectivement en service ».

En mai, avec la levée progressive des mesures de confinement, "l'amélioration semble légèrement plus sensible dans les secteurs de l'industrie et de l'énergie (notamment dans les secteurs liés à la production de biens énergétiques et de matériel de transport) et du commerce".

"En revanche, la reprise n'est pas encore visible et peut être plus lente dans certains secteurs – à savoir ceux qui ont enregistré des baisses plus prononcées pendant la période de l'état d'urgence et où des restrictions actives persistent – en mettant l'accent sur les services de transport aérien, l'hébergement et les restaurants et ceux liés aux activités artistiques et récréatives », selon BdP.

En termes de personnel effectivement employé, «l'amélioration la plus significative aura eu lieu dans le secteur du commerce et dans le secteur de l'hébergement et de la restauration (malgré l'amélioration, dans ce secteur, le personnel travaillant en mai restera à des niveaux proches de 60% de la normale) ».

La BdP note que les résultats de l'enquête «ne permettent pas d'extrapoler à l'économie totale car l'analyse ne couvre pas tous les secteurs», tels que le public, les finances, l'agriculture et la pêche, et que «les estimations présentées sont soumises à certaines inexactitudes, car elles sont basées sur le milieu de la fourchette déclarée par les entreprises ».

JE // JNM