Ces convictions d’António Costa ont été véhiculées dans son discours qui a clôturé la cérémonie de signature d’un protocole avec le secteur social dans le cadre du Plan de relance et de résilience (PRR), au Palácio Marquês do Alegrete, à Lisbonne – un engagement qui implique un investissement de 465 millions d’euros pour les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées.

« Ce n’est pas un plan de l’État, pour l’État et fait pour l’État. C’est vraiment un projet pour le pays dans son ensemble », a déclaré le chef de l’exécutif, après avoir reçu de nombreux éloges du Père Lino Maia, président de la Confédération nationale des institutions de solidarité.

Ensuite, António Costa a rendu les éloges, affirmant que les Institutions Privées de Solidarité Sociale (IPSS), les miséricordes, les mutuelles et les coopératives sont essentielles, car dans tous les domaines sociaux, il est possible d’identifier « des interventions qui seront mieux réalisées par ces entités que si elles étaient exécutées par l’État ».

Dans ce contexte, il a cité à titre d’exemples les domaines de la santé, notamment en termes de réseau de soins intégrés, ou soins à domicile, ainsi qu’en termes de logement. Dans l’hébergement d’urgence, il a mis en exergue des cas de « situations extrêmes de citoyens en grand besoin » ou la problématique entourant les réfugiés, les victimes de violences conjugales et les personnes sans domicile fixe.

« La capillarité de ces institutions, avec une présence certainement dans toutes les communes, assure que ces investissements ne seront pas concentrés dans une zone précise, mais seront répartis dans tout le pays. Ces institutions répondent également à la nécessité d’absorber le chômage généré par cette crise, en créant de nouvelles opportunités d’emploi », a-t-il déclaré, réitérant une position précédemment défendue par la ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Ana Mendes Godinho.

António Costa a ensuite tenu à souligner que, à travers ce protocole avec le secteur social, les nouveaux emplois à créer grâce aux investissements à réaliser par le secteur social « ne seront pas concentrés dans les grands centres urbains, mais répartis sur tout le territoire national. « .

« Les institutions du secteur social ont une importance énorme en termes d’emploi, mais elles sont aussi un facteur de cohésion territoriale, car elles portent cet équipement et des opportunités de développement sur tout le territoire national. Je ne doute pas de la parole du Père Lino Maia. Je suis sûr que c’est grâce au secteur social que nous serons les meilleurs pour mener à bien le PRR », a déclaré le Premier ministre.

FAQ // LCA

Le contenu de Costa confiant que le Portugal sera l’un des meilleurs pour exécuter les fonds jusqu’en 2026 apparaît en premier à Visão.