La tête de liste de la coalition Novos Tempos à la Chambre de Lisbonne, Carlos Moedas (PSD), a jugé ce vendredi « très grave » le manque de responsabilité politique de Fernando Medina (PS) concernant la divulgation de données sur des militants à l’ambassade de Russie .

 » Fernando Médina [presidente da Câmara de Lisboa] n’assume aucune responsabilité et un leader assume les responsabilités de ses équipes, donc, n’assumant pas de responsabilité politique, et nous ne parlons pas d’un cas ici, nous parlons d’un cas où des vies humaines sont en jeu, et n’assumant pas cette politique responsabilité est très grave », a déclaré le candidat de la coalition Novos Tempos (PSD/CDS-PP/PPM/MPT/Aliança) à la présidence de la mairie de Lisbonne.

Lors d’une conférence de presse au siège du district du PSD à Lisbonne, pour réagir à la présentation des résultats de l’audit effectué par la Chambre de Lisbonne après que l’affaire de la divulgation de données sur des militants à l’ambassade de Russie a été connue, Carlos Moedas a défendu que la réponse donnée par Fernando Medina « est inacceptable », à savoir la décision de mettre fin au bureau d’appui du maire.

« En revanche, il instituera la norme 2013 qui était déjà en vigueur et que le président n’a jamais respectée, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de changer quoi que ce soit, il s’agit simplement de faire gérer la chambre par quelqu’un », a déclaré le social-démocrate accusant le maire socialiste d’avoir failli à la gestion municipale et d’exercer des fonctions « de spectateur observant ce qui ne va pas puis d’être un commentateur politique, […] commenter ce qu’il devrait faire lui-même en tant que maire ».

Carlos Moedas a également défendu que le cas du partage des données personnelles des militants nécessite plus qu’un audit interne, qu’il a appelé « un audit interne présenté par la cible », proposant « un audit externe, car il y a beaucoup de questions », y compris connaître le détail de toutes les communications qui ont été faites dans le cas d’autres manifestations.

Interrogé sur la position de Fernando Medina selon laquelle cela n’a aucun sens de démissionner maintenant pour se présenter plus tard aux élections locales, qui devraient avoir lieu entre septembre et octobre, le candidat social-démocrate l’a interprétée comme « en supposant que l’on doive démissionner, mais en disant que le ‘ le timing’ de ce limogeage n’est pas adapté à son projet politique ».

« C’est triste qu’un maire dans l’âme dise qu’il devrait démissionner, mais comme il reste encore trois mois, cela n’en vaut pas la peine », a-t-il déclaré.

Concernant le limogeage du délégué à la protection des données à l’hémicycle de Lisbonne, le candidat de la coalition Novos Tempos a déclaré que « ce n’est pas cela qui résoudra le problème », ajoutant que « ce limogeage ne résout pas un problème qui est un problème de responsabilité politique « .