S’adressant à l’agence Lusa, José Russo a expliqué que, parce que les spectacles ne peuvent, cette année, «envahir» les rues de la ville, il y aura une diffusion en direct de certains spectacles sur internet, mais aussi une sorte d’exposition photographique et une musée de la rue.

Le directeur artistique du Centre Dramatique d’Évora (Cendrev), organisateur de l’événement, a illustré que le Musée des Marionnettes de Lisbonne avait été invité «à installer un jeu de marionnettes dans une douzaine de vitrines du centre historique» de la ville de l’Alentejo.

«Nous avons également fait autre chose [que foi] envoyer les Bonecos de Santo Aleixo au photographe », où« ils ont réalisé une série de photographies qui sont éparpillées aux arrêts de bus », a-t-il révélé.

L’exposition photographique devrait, plus tard, «sauter sur un autre tableau», tandis que les marionnettes des devantures reviendront à leur place à Lisbonne, mais selon José Russo, «ce sont des éléments qui s’ajoutent à cette biennale» et «marqueront la vie culturelle de la ville ces jours-ci ».

De plus, depuis cette année les spectacles se déroulent dans des espaces en plein air, mais fermés, tels que «cloîtres, patios et arrière-cours», afin que vous puissiez contrôler l’entrée du public, «beaucoup de gens seront laissés sans pouvoir voir le biennale », a-t-il déploré.

Les inscriptions sont gratuites, mais il faut «faire des réservations pour pouvoir entrer dans les espaces» et, à ce moment, «il y a très peu de sessions qui ne sont pas encore épuisées».

C’est «un signe très encourageant» pour l’organisation, qui pariera sur la diffusion en streaming de quatre émissions dont deux sont dédiées aux enfants pendant les heures de classe.

«Surtout pour fréquenter les jardins d’enfants et les écoles primaires de notre municipalité et, bien sûr, d’autres endroits au Portugal et dans le monde auxquels ils veulent accéder. Ces transmissions se feront en direct », le 2, à 10h00, et le lendemain, à 11h00, a déclaré le directeur de BIME.

Le 2 juin à 10h00, l’émission qui sera diffusée sur la page Facebook de BIME sera les Variations de marionnettes avec des fils, de la société Marionetas de Rui Sousa (Santa Maria da Feira), d’une durée de 40 minutes.

Le spectacle Para Que Ser Servas Mãos, du Théâtre Mandrágora et Marionnettes (Gondomar), également d’une durée de 40 minutes, sera diffusé le 4, à 11h00.

Outre les deux spectacles destinés aux enfants, le spectacle d’ouverture «Objetoteca Popular Itinerante», du Teatro de Ferro (Porto), sera diffusé mardi prochain, à 21h00, depuis le Pátio do Palácio do Vimioso.

Il en sera de même avec le spectacle de clôture « Eu Quero ir à Lua », de la société Partículos Elementares (Ovar), le 6 juin, à 21h00, suivi de la séance de clôture, qui comprend le spectacle de feu collé sur la façade le Théâtre Garcia de Resende.

« Ces quatre moments permettront à la biennale d’entrer dans les maisons des gens et d’atteindre tous les coins du monde », a déclaré José Russo, soulignant que c’est le moyen pour que « plus de gens accèdent à la biennale », car les salles de réunion vivent « ils ont très faible capacité en raison des contraintes auxquelles nous sommes obligés « .

Et, bien que cette année les marionnettes ne puissent pas «envahir» les rues, comme d’habitude, il y aura de l’animation, mais à travers des défilés qui traverseront le centre historique sans s’arrêter, tous les jours, à 12h00 et à 17h00.

Les visiteurs et les habitants de la ville pourront «se retrouver face à face» avec Companhia Marimbondo (Lousã), Delphim Miranda, Gigabombos do Imaginário, le cours professionnel ESAG en arts du spectacle (Lisbonne et Évora) et la compagnie Boca de Cão – Teatro de Rue et formes animées (Arcozelo – Vila Nova de Gaia).

«C’est un échantillon très significatif de ce qui se fait au Portugal au niveau de la marionnette. Pour nous, c’est un point d’honneur très important et nous espérons que cette biennale sera marquée exactement pour cela », a souligné le directeur artistique de BIME.

Au total, 22 entreprises nationales participent à cette 15e édition du BIME, qui compte 78 sessions programmées.

L’événement a fait ses débuts en 1987 et accueille généralement des entreprises portugaises et étrangères. Cette édition sera dédiée exclusivement à la marionnette portugaise en raison des restrictions causées par la pandémie de covid-19.

SYL // RRL