La coordinatrice du Bloc de gauche (BE), Catarina Martins, a déclaré ce samedi que le sommet social était «une profonde déception», critiquant l’absence de mesures concrètes et accusant la Commission européenne d’être un obstacle à l’universalisation des vaccins contre les covid- 19.

« Ici à Porto, les dirigeants européens se sont réunis pour affirmer le socle social de l’Union européenne, mais ce sommet social a été une profonde déception », a déclaré Catarina Martins, s’adressant aux journalistes.

A Marquês, à Porto, le chef du Bloc s’est associé, avec un entourage du parti, à la manifestation convoquée par la CGTP, initiative qui a coïncidé avec le sommet informel des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE), au sein la portée du sommet de Porto.

Pour Catarina Martins, deux raisons expliquent la «profonde déception» des résultats du Sommet social de Porto, la première étant l’absence de mesures concrètes.

«L’Union européenne, l’une des régions économiques les plus riches du monde, compte 100 millions de personnes vivant dans la pauvreté. Il y a tellement de gens que même au travail, ils ne peuvent pas sortir de la pauvreté et il n’y a pas une seule mesure concrète, ni pour l’emploi ni pour le salaire qui ressort de ce sommet, c’est pourquoi c’est une énorme déception », a-t-il déclaré.

D’autre part, a ajouté le bloqueur, il y a le problème de santé et la lutte contre la pandémie de covid-19, dont le rôle de l’Union européenne mérite d’être critiqué.

«Lorsque l’Organisation mondiale du commerce va discuter de la rupture des brevets pour universaliser les vaccins et que les États-Unis d’Amérique ont fait preuve d’ouverture, l’Union européenne reste un obstacle pour que le vaccin atteigne le monde entier et c’est aussi une profonde déception», a-t-il défendu, soulignant qu ‘«il n’y aurait pas de meilleure politique sociale, en ce moment de pandémie, que de garantir que chacun ait accès au vaccin».

Décrivant le Portugal comme un pays inégal avant la crise pandémique et encore plus après, Catarina Martins a justifié la présence de BE dans la manifestation par la nécessité de lutter contre la précarité et contre la crise, en combattant, à savoir, l’exploitation du travail.

«Dans cette pandémie, alors qu’Uber, Glovo, les plateformes numériques multinationales d’Amazon ont augmenté des millions et des millions de bénéfices, les messagers sont dans une précarité absolue. Ils travaillent 12, 14 heures par jour et pourtant ils ne sortent pas de la pauvreté. Qu’est-ce que l’Union européenne a à dire à ce sujet: zéro, rien. C’est dommage », a-t-il déclaré.

Et il a conclu: « Ce dont nous avons besoin, c’est d’une réponse juste à la crise, nous n’avons plus besoin de bonnes paroles, nous avons besoin de bonnes actions ».

Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE se sont engagés aujourd’hui, lors du sommet social de Porto, à «approfondir la mise en œuvre» du socle européen des droits sociaux, arguant qu’il s’agit d’un «élément fondamental de la reprise» après la crise pandémique.

«Nous sommes déterminés à continuer d’approfondir la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux aux niveaux européen et national, en tenant dûment compte de leurs compétences respectives et des principes de subsidiarité et de proportionnalité», défendent les dirigeants européens dans la déclaration de Porto, signée aujourd’hui .

Dans la déclaration de Porto, les dirigeants européens soulignent que, «à mesure que l’Europe se remettra progressivement de la pandémie de covid-19, la priorité sera de passer de la protection à la création d’emplois et d’améliorer la qualité de l’emploi, là où les petites et moyennes entreprises (y compris entreprises sociales) jouent un rôle clé ».

À cette fin, «notre engagement pour l’unité et la solidarité, c’est aussi assurer l’égalité des chances pour tous et que personne ne soit laissé pour compte», sont-ils toujours frappants.

Ils s’engagent également à «intensifier les efforts pour lutter contre la discrimination et à œuvrer activement pour réduire les disparités entre les sexes dans l’emploi, les salaires et les retraites et pour promouvoir l’égalité et la justice pour chaque individu».