Le Syndicat national des personnels et techniciens bancaires (SNQTB) promeut aujourd’hui la première des quatre manifestations contre les licenciements à Santander Totta, considérant que la décision de la banque de reporter le processus est insuffisante.

«La SNQTB a appris des médias que Banco Santander Totta avait décidé de reporter temporairement le processus de licenciement unilatéral. Ce report est un premier signe que les mesures prises par notre syndicat commencent à produire les effets escomptés, même si, à ce stade, elles sont manifestement insuffisantes. Reporter ne signifie pas suspendre «sine die» », a déclaré le président du SNQTB, Paulo Marcos, cité dans un communiqué.

Le dirigeant syndical a déclaré que la provision de 164,5 millions d’euros pour la réduction du personnel reste dans les comptes Santander de la banque, donc – a-t-il estimé – le «report annoncé n’est qu’un jeu d’ombre qui ne résout pas le problème fondamental».

Le SNQTB décrit les licenciements de Santander Totta comme «une mesure totalement injuste, sans réserve, injustifiée, inacceptable et une infraction pour les travailleurs».

Les manifestations ont lieu aujourd’hui à Lisbonne (près du siège de Banco Santander, Rua Ramalho Ortigão), mercredi à Porto (Rua de Júlio Dinis), jeudi à Coimbra (Avenida Fernão de Magalhães) et vendredi à Faro (Rua Tenente Valadim), entre 11h00 et 14h00.

La SNQTB a ajouté qu’elle restait disponible pour parler à la direction de la banque, qui « a été gaspillée par la direction de Santander Totta ».

Santander a annoncé, fin avril, un accord de départ de 68 travailleurs au premier trimestre de cette année, dans le cadre de la restructuration de la banque, et la suppression de 100 à 150 emplois supplémentaires « dont les fonctions sont devenues superflues ».

Dans une note interne adressée aux salariés, la banque Santander Totta a déclaré qu’elle avait «temporairement» reporté l’application des mesures et qu’elle entendait éviter un licenciement collectif.

Le message, auquel Lusa avait accès, a été envoyé après une réunion avec les syndicats affiliés à l’UGT (SBN – Union des travailleurs du secteur financier du Portugal, l’Union des employés des banques centrales et l’Union des banques, assurances et technologies – More Union) dans laquelle, selon Santander, les syndicats «ont exprimé leur inquiétude quant à l’imminence de positions unilatérales, demandant le report de l’application de toute mesure» et «la conviction qu’il y a des salariés avec une prédisposition à convenir volontairement avec la banque départ, principalement en raison de la retraite ».

Ainsi, la direction de la banque «a pris la décision de reporter temporairement l’application de toute mesure unilatérale, maintenant pendant cette période les propositions déjà présentées aux salariés concernés, dans l’espoir que les propositions présentées seront acceptées, et pourront éviter la candidature. licenciement, conformément à la loi ».

En outre, la banque ouvrira « la possibilité à tout salarié de demander la soumission de propositions d’accords de sortie, quels que soient son âge et la zone dans laquelle il est placé ».

Santander a également déclaré qu’il restait disponible « pour analyser toute proposition constructive de dialogue qui pourrait être présentée par d’autres structures syndicales et des représentants des travailleurs, ce qui ne s’est pas encore produit ».

ALYN (IM) // JNM

Le contenu de l’Union commence aujourd’hui des manifestations contre les licenciements à Santander apparaît d’abord à Visão.