Le point de départ de cette plainte est la situation de l’agriculteur Luís Dias, 48 ​​ans, qui est en grève de la faim depuis 28 jours dans les jardins devant le palais de Belém, à Lisbonne.

Lors d’une visite à l’agriculteur ce matin, qui comprenait également des citoyens et l’ancien président de l’association Transparence et Intégrité, João Paulo Batalha, Ana Gomes a appelé l’agriculteur à arrêter la grève de la faim.

« J’ai conseillé à Luis d’arrêter. Je ne veux pas le voir dégrader davantage sa condition physique. Il a déjà été plusieurs fois à l’hôpital et je pense que rien ne justifie qu’il mette davantage sa santé en danger », a-t-il déclaré à la presse.

Assis sur la pelouse du jardin et l’air abattu, Luís Dias a déclaré aux journalistes qu’il tiendrait compte des conseils de l’ancien député européen et candidat à la présidence de la République aux élections de 2020.

« Je vais devoir réfléchir. J’ai parlé avec Ana Gomes et elle m’a dit qu’ils allaient développer des actions au niveau européen. Nous attendons également le Ministère Public. C’est 28 jours. Désormais, même si cela est résolu, je ne pourrai peut-être pas récupérer », observe-t-il.

L’histoire de Luís Dias, comme expliqué par le journal Público, commence en 2015 lorsque l’agriculteur a soumis à la Direction régionale de l’agriculture et de la pêche du Centre (DRAPC) une demande d’aide financière pour procéder à une exploration de mûres à Quinta da Zebreira , au Château Blanc.

La demande a ensuite été refusée car, selon le DRAPC, il n’y avait aucune garantie bancaire.

L’agriculteur a ensuite fait appel devant la Cour des comptes européenne, qui lui a donné raison, affirmant qu’aucune garantie bancaire ne pouvait lui être demandée.

En 2017, après que les intempéries ont détruit sa ferme, il a de nouveau demandé de l’aide et des fonds à la DRAPC pour compenser les dommages causés par les intempéries, mais l’aide a de nouveau été refusée.

Deux ans plus tard, Luís Dias s’est adressé au médiateur et, à ce moment-là, le ministère de l’Agriculture a considéré dans une ordonnance que Quinta da Zebreira pourrait avoir accès aux fonds de l’État, mais n’a jamais effectué de paiement.

Face à cette situation, l’agriculteur réclame des dédommagements, mais pour l’instant le gouvernement n’a accepté que de mener une enquête, sans délais.

« Je suis personnellement triste pour nous tous, pour le gouvernement qui appartient à mon parti et qui n’a pas eu la compassion et s’empêtre dans des justifications bureaucratiques pour ne pas examiner une affaire qui est de la justice », souligne Ana Gomes.

Pour l’ancien eurodéputé, Luís Dias est « victime de représailles » de la part du ministère de l’Agriculture, puisqu’il « a dénoncé des irrégularités commises par la DRAPC.

« Quelqu’un qui a eu le courage de dénoncer les pratiques corrompues d’un organisme d’État et qui subit actuellement des représailles de ce même organisme d’État », a-t-il souligné.

En ce sens, Ana Gomes explique que la plainte qui sera déposée à Bruxelles vise à alerter la Commission européenne sur « d’éventuelles fraudes » dans l’allocation des fonds communautaires et à renforcer la nécessité d’assurer la protection des lanceurs d’alerte.

« C’est un signe d’avertissement car il existe des preuves concernant un fonds qui était déjà en place, il y avait une situation d’abus manifeste et de schéma de corruption, qui continue aujourd’hui d’être dissimulé, il est clair que ce n’est pas un bon signe pour l’utilisation des autres fonds à venir », a-t-il soutenu.

Le président du Frente Civica, Paulo Morais, avait prévu une visite à Luís Dias, en même temps qu’Ana Gomes, mais n’a pas pu être présent, ayant cependant envoyé un communiqué sur l’affaire.

« Luís Dias a été, comme de nombreux Portugais, victime d’erreurs successives de gestion incompétente et volontaire au ministère de l’Agriculture. Il a eu l’audace et le courage de dénoncer l’arbitraire dont il avait été victime. Tu as bien fait. Mais, malheureusement au Portugal, quiconque dénonce des irrégularités dans la gestion publique est persécuté », critique-t-il dans la note.