La consommation de substances psychoactives et les conduites addictives des élèves des écoles de l’Alentejo seront étudiées dans un observatoire pionnier du pays qui vient d’être créé dans la région, dirigé par l’Université d’Évora (UÉ).

L’Observatoire d’AlenRiscos, « unique au niveau national », vise à « étudier la consommation de substances psychoactives » et « les comportements additifs dans le cadre scolaire des classes du 3e cycle de l’enseignement de base » de toutes les écoles de l’Alentejo, a révélé l’UÉ, dans un déclaration.

A cet effet, « une étude longitudinale avec observation annuelle des consommations et des comportements à risque » sera développée auprès des élèves qui fréquentent ce cycle d’enseignement dans la région, c’est-à-dire de la 7e à la 9e année de scolarité, a-t-il ajouté.

Le protocole interinstitutionnel relatif à l’observatoire, coordonné par Manuel Lopes, professeur au Département des sciences infirmières et chercheur au CHRC – Centre de recherche globale en santé de l’UÉ, a été signé ce mercredi à Évora.

Les écoles « sont essentielles pour créer une dynamique de prévention concernant l’usage et l’abus de substances psychoactives », a déclaré le coordinateur d’AlenRiscos.

« C’est dans les salles de classe et dans les différents contextes scolaires que les enfants grandissent et que les jeunes mûrissent », donc « une connaissance approfondie de ces réalités doit être une priorité », a fait valoir Manuel Lopes.

Selon le chercheur, « l’évaluation du profil de consommation de drogues et de comportements à risque dans une population donnée permet de développer des programmes plus réalistes ».

Et, a-t-il ajouté, lorsque la recherche est longitudinale, « elle commence à fournir des indicateurs fondamentaux pour évaluer les résultats des interventions éventuellement mises en œuvre dans une période donnée ».

« Il est donc pertinent et opportun de mettre en œuvre ce projet et d’impliquer l’ensemble de la communauté scolaire, ainsi que les partenaires stratégiques œuvrant dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la recherche et de l’intervention sociale », a-t-il énuméré.

La consommation de substances psychoactives et les conduites addictives en contexte scolaire constituent aujourd’hui « un grave problème de santé publique », a prévenu le coordinateur de l’Observatoire AlenRiscos.

Manuel Lopes a souligné que la communauté éducative « est confrontée à d’énormes défis en termes de développement d’une réponse unique, intégrée et pragmatique à un phénomène en constante évolution ».

L’observatoire est composé de chercheurs de l’UÉ et de partenaires de diverses institutions, telles que la Direction des services pour l’Alentejo de la Direction générale des écoles et l’Administration régionale de la santé de l’Alentejo, à travers l’Unité d’intervention locale en comportement additif d’Évora/ DICAD et la Direction de la Santé Publique.

RRL // MLS