« Globalement, s’enfuir est un acte de lâcheté. Faire face est un acte de courage. C’est ce que j’ai essayé de faire », a-t-il déclaré aux journalistes à sa sortie de prison, dans des déclarations diffusées par SIC Notícias.

La Cour suprême de justice a ordonné aujourd’hui la libération de l’ancien administrateur du BPP Paulo Guichard, dans le cadre de la demande d’habeas corpus de sa défense, après avoir été arrêté la semaine dernière à l’aéroport à son arrivée au Portugal.

« J’ai été au Brésil pendant douze ans, j’ai beaucoup évolué en tant qu’être humain, je veux continuer à évoluer et c’est ce que je vais faire », a-t-il déclaré.

L’ancien administrateur a également ajouté que « je savais que j’avais une croix à porter sur mon dos » à mon arrivée au Portugal.

« De la même manière que je suis parti aujourd’hui, s’il faut rentrer, j’entrerai la tête haute et avec le désir d’être un être meilleur », a-t-il ajouté.

Le manager a également estimé qu’il s’agissait d’une « très grosse surprise » et a été « abasourdi » par sa détention à son arrivée à Porto la semaine dernière, mais a déclaré qu’il respectait « les décisions des autorités » et était prêt à assumer ses responsabilités, « quelques erreurs vous avez fait et affrontez l’avenir avec dignité ».

Paulo Guichard a également déclaré avoir remis son passeport aux autorités, affirmant également qu’il n’avait pas de passeport brésilien.

«Je pense qu’il y a des faiblesses dans plusieurs processus au Portugal, et dans le processus BPP il y a des faiblesses. Ces faiblesses doivent être assumées par les gens. Peut-être, comme je l’ai dit récemment, ce qui est en jeu en termes de sanctions est bien plus que ce que ma conscience me dit », a-t-il ajouté.

L’ancien administrateur du BPP, Paulo Guichard, a été arrêté jeudi dernier à l’aéroport de Porto en provenance du Brésil. Depuis, il est détenu à l’établissement pénitentiaire de Custóias, à Matosinhos, dans le district de Porto.

Le même jour, la requête en « habeas corpus » de la défense a été déposée, considérant que la détention est illégale.

Selon la demande d’habeas corpus, à laquelle Lusa a eu accès la semaine dernière, dans le cadre de l’affaire Banco Privado Português (BPP), Guichard « a toujours vécu au Brésil à la connaissance des autorités judiciaires », qui étaient « toujours informées de ses allées et venues ».

Après avoir découvert la fuite de João Rendeiro (un autre prévenu dans l’affaire BPP), et avant l’ordonnance du juge en charge du dossier de comparaître Guichard devant le tribunal, la défense a indiqué que l’ancien administrateur « a décidé de rentrer au Portugal » et c’est vrai, annoncé.

L’arrêt de la Cour suprême de justice, rendu public aujourd’hui, précise que dans ce processus « tout est de savoir quand la décision condamnatoire du défendeur/requérant de l’habeas corpus devient définitive ou sans appel » et que « la décision définitive et sans appel des décisions pénales, les condamnations n’interviennent que lorsqu’elles ne font plus l’objet d’un recours ou d’une plainte ordinaire », sans quoi « la prison est illégale ».

Dans ce cas précis, la Cour suprême affirme que « le recours devant la Cour constitutionnelle est toujours pendant », c’est-à-dire que « le requérant a été arrêté alors qu’il purgeait une peine et qu’un recours devant la Cour constitutionnelle est toujours pendant » concernant un recours en qui n’est pas encore décidé.

« Alors qu’un appel ou une plainte contre la condamnation pénale est pendant, il ne peut être considéré comme passé », de sorte que « l’arrestation du requérant a été ordonnée en vertu d’une décision qui n’était pas encore exécutoire », étant ainsi une « prison illégale », renvoient les juges Maria font Carlos Silva Dias, Cid Geraldo et António Clemente Lima.

Guichard, 61 ans, de nationalité portugaise et qui a vécu plusieurs années à Rio de Janeiro (Brésil), a été condamné à une peine unique de quatre ans et huit mois de prison pour six délits de fraude informatique et un délit de falsification de bulletins, procès-verbaux ou documents.

L’effondrement de BPP, une banque dédiée à la gestion de patrimoine, a eu lieu en 2010, après l’affaire BPN et précédant d’autres scandales bancaires portugais.

Le BPP est à l’origine de plusieurs poursuites judiciaires portant sur des délits de fraude qualifiée, de falsification de documents et de contrefaçon informatique. Parmi les personnes condamnées dans le cadre de procédures liées au BPP figurent les anciens administrateurs Paulo Guichard, Salvador Fezas Vital, Fernando Lima et João Rendeiro, qui ont fui à l’étranger et dont on ne sait pas où se trouve.

Guichard, Fezas Vital et Fernando Lima ont publiquement exprimé leur refus de la fuite de João Rendeiro de la justice.

JE (IM) // EA

Le contenu Caso BPP : « Fuir est un acte de lâcheté », dit Paulo Guichard qui apparaît en premier dans Visão.