Le Premier ministre António Costa a souligné aujourd’hui le message « très important » du président de la République selon lequel le Portugal ne peut pas « perdre ce moment » et profiter du Plan de relance et de résilience (PRR) pour entrer dans un nouveau cycle économique.

S’adressant à des journalistes de la ville slovène de Kranj, où il se rend depuis aujourd’hui pour participer à un sommet européen, António Costa a minimisé, d’autre part, l’observation de Marcelo Rebelo de Sousa, lorsqu’il a déclaré dans une interview à TVI que « le Le PRR n’est pas le monopole du PS, ni celui du gouvernement », rejetant même l’idée qu’il s’agissait « d’un avertissement ».

« Nous devons tous nous préoccuper de l’utilisation de ces fonds [do PRR]. Il s’agit d’une ressource d’une nature extraordinaire, qui a un impact énorme, qui a un très grand pouvoir de transformation de notre économie et nous devons donc tous veiller à ce que chaque centime soit dépensé avec la plus grande efficacité, avec la plus grande transparence. et sans aucun soupçon de corruption », a-t-il commencé par dire, alors qu’il arrivait à un dîner informel des chefs d’État et de gouvernement de l’UE.

Soulignant que « c’est précisément pour cela qu’un système de gouvernance pour la gestion de ce fonds particulièrement exigeant a été mis en place », le chef du gouvernement a souligné la « dynamique de lancement », notant qu’il s’agit « d’un autre pont très important du message d’aujourd’hui de votre part. Président de la République, que nous ne pouvons pas manquer ce moment », faisant allusion au discours de Marcelo Rebelo de Sousa lors de la cérémonie commémorative du 111e anniversaire de l’Implantation de la République, dans la salle principale de Paços do Concelho, à Lisbonne.

« Nous ne pouvons donc pas être ici à perdre du temps, nous devons retrousser nos manches et nous mettre au travail. L’ensemble d’avertissements déjà placés sur le terrain a eu une réponse très positive », a-t-il déclaré, saluant le fait que la société portugaise « réagisse positivement à cet énorme défi, qui n’est pas de gâcher cette occasion unique de transformer » le pays.

Interrogé sur les propos de Marcelo Rebelo de Sousa selon lesquels le PRR n’est pas un monopole du PS ou du gouvernement, António Costa a commenté que c’était « clair », et a estimé que les allusions qu’il a faites au plan de relance pendant la campagne électorale sont parfaitement légitimes pour les élections locales. .

« Je pense que l’opposition n’a pas compris dans ces élections que ce dont je parlais n’était pas des promesses électorales. Je me suis limité à décrire dans chaque endroit quels étaient les engagements déjà contractés avec l’UE par rapport à cet endroit », a-t-il souligné.

Selon António Costa, « il y a quelque chose qui est évident pour tout le monde : l’opposition est totalement libre de dire ce que le gouvernement ne fait pas, mais ce qui manquait, c’est que le parti qui soutient le gouvernement ne pouvait pas aussi dire ce qu’il fait. », parce qu’alors « être un parti du gouvernement, c’était simplement être un sac de « punching ball », où nous étions battus mais sans rien dire ».

« Nous devons dire. Il est naturel que les autres disent et soulignent ce que nous ne faisons pas. Eh bien, c’est naturel et légitime pour nous de dire ce que nous faisons », a-t-il ajouté, précisant qu’il n’a pas interprété les propos du chef de l’Etat « comme un avertissement ».

« Je ne pense pas qu’il y ait d’avertissement. Comme vous le savez, la campagne électorale a commencé à déposer des plaintes contre moi à la Commission électorale nationale (CNE), et la CNE les a toutes classées, je n’ai même pas été prévenue pour les commenter. Donc ça n’avait pas de sens. Ce sont des choses de campagne électorale, elles sont dépassées, maintenant nous devons nous concentrer sur ce que M. PR a dit aujourd’hui : nous ne pouvons pas manquer ce moment. Et pour ne pas rater ce moment, il est temps de se mettre au travail et de se concentrer sur l’essentiel », a-t-il ajouté.

Dans son allocution d’aujourd’hui à la cérémonie commémorative du 5 octobre, le Président de la République a appelé « le Portugal, pour une fois, à entrer dans le temps, c’est-à-dire dans le premier, et non au milieu et encore moins dans le dernier — dans un nouveau cycle économique de climat, d’énergie, de numérique, de science, de technologie et de tissu productif renouvelé ».

« Et disposer de moyens de financement supplémentaires, à utiliser avec rigueur, efficacité et transparence », a-t-il évoqué.

Marcelo Rebelo de Sousa a averti que « cette fois, ne pas entrer dans le temps, c’est perdre, sans appel ni grief, une opportunité qui ne reviendra peut-être jamais ».

ACC (IEL) // CSJ

Contenu 05 octobre : Costa partage l’avertissement de Marcelo selon lequel le pays « ne peut pas manquer ce moment » apparaît en premier à Visão.