Marcelo Rebelo de Sousa a appelé les Portugais à aller voter aux élections municipales qui se tiendront dans tout le pays le dimanche 26 septembre.

« Aux électeurs, va mon appel véhément. Un appel en tant que Président de la République, mais aussi en tant que Portugais. Voter demain est plus important que jamais. C’est un double devoir de conscience. En souvenir de cette année et demie que nous n’oublierons pas. Pour l’envie de sortir une fois pour toutes de la crise et de recommencer à vivre la vie à laquelle nous avons tous droit », a déclaré le président dans un discours rendu public par le palais de Belém ce samedi 25 septembre.

Marcelo a souligné qu’il s’agit des treizièmes élections locales de la démocratie portugaise, mais qu’elles sont les « premières marquées par trois crises à la fois – la pandémie, l’économie et la société ».

«Jusqu’au début du mois de mai, nous avons vécu en état d’urgence. En juin, dans un état de calamité. Les restrictions sont restées lorsque les élections ont été déclenchées en juillet et les candidats présentés en août. Et nombre de ces restrictions ont duré jusqu’à la campagne électorale elle-même, en septembre. Comme la remarquable aventure collective de la vaccination a gagné la lutte contre la pandémie – mérite du personnel de santé, des institutions et services de base, des maires, des Forces armées et de l’écrasante majorité des Portugais », a-t-il ajouté.

« Tout cela, dans une élection qui a impliqué non pas des dizaines ou des centaines de Portugais, mais des centaines de milliers de candidats pour trois mille quatre vingt douze assemblées paroissiales, trois cent huit assemblées municipales et trois cent huit chambres municipales », a déclaré le président de la République.

Le chef de l’Etat a reconnu le « courage civique de tous ceux qui se sont livrés à des campagnes longues et difficiles » et a fait une comparaison avec sa candidature par le PSD à la municipalité de Lisbonne en 1989. « Seuls ceux qui ont longtemps été candidats à la mairie, beaucoup plus simple – je sais de quoi je parle – vous pouvez très bien comprendre ce que c’est que de faire campagne dans une situation comme celle-ci ».

Le président de la République a ainsi laissé un hommage à ceux qui ont été aux côtés de la population lors de la lutte contre la pandémie de Covid-19. « Pour le sens du sacrifice des maires de toutes sensibilités – au pouvoir ou dans l’opposition – depuis un an et demi, va notre profonde gratitude. En particulier, pour ceux qui nous ont laissés au service de la population.

« Ils ont été exceptionnels en venant sur des cas dramatiques, si souvent sans moyens, sans temps, pour des besoins si urgents. Dans les maisons, les maisons, les écoles, les lieux de travail et les établissements de santé. Ils ont découvert du matériel de protection sanitaire, des tests, des ventilateurs, des espaces improvisés d’isolement prophylactique, apaisé les émigrés, aidé les infectés, soutenu les chômeurs et les insolvables, pleuré les morts et redonné de la force aux vivants. C’est être maire. Et, étant maire, dans une crise, dans la santé, dans l’économie et dans la société », a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa.

« Pour ceux qui sont élus, avec la mission essentielle de se relever de la crise la plus inattendue et la plus brutale du siècle dernier, notre exigeante espérance s’éteint », a conclu le président.