«Bien sûr, nous craignons que VMER soit constamment inactif, car il n’y a pas de professionnels de la santé disponibles pour pouvoir travailler des heures à VMER. Nous savons que ce travail est en cours. Espérons que cela sera résolu rapidement et une fois pour toutes, car nous admettons tous des échecs ponctuels, jamais constants », a déclaré aujourd’hui Sérgio Costa (Movimento pela Guarda).

Le maire s’exprimait lors de la session de l’Assemblée municipale, où la question de la santé a été abordée par le député Tiago Gomes (Movimento Pela Guarda) qui a mentionné, entre autres, qu’en mai le VMER de l’Unité de santé locale (ULS) de Guarda, selon les données de l’INEM (Institut national des urgences médicales), « il a été inopérant pendant 220 heures ».

Le député a rappelé les récentes nouvelles « alarmantes » sur la santé, liées au manque de professionnels dans divers services, des VMER inopérants (comme ce fut le cas de Guarda et Covilhã) et des services d’urgence fermés « dans tout le pays ».

« Tout cela remet en cause le service rendu », a déclaré le député, qui a appelé le maire de la plus haute ville du pays à exiger que « les plus gros problèmes, du manque de professionnels aux conditions [físicas]être résolu ».

Dans la réponse, le maire a déclaré qu’il voyait la situation signalée « avec inquiétude » et a déclaré qu’il cherchait à maintenir le dialogue avec l’administration de l’ULS qui gère l’hôpital Sousa Martins.

« Nous l’avons toujours dit, nous le disons toujours et nous le ferons toujours. Tant que nous croirons en cette administration, nous ferons tout pour la défendre. Le jour où nous sentirons que cette administration ne fait pas du bon travail, nous demanderons son remplacement. C’est avec cette frontalité, avec ce pragmatisme, que nous agirons durant notre mandat, car c’est ainsi que dans notre campagne électorale nous l’avons dit à l’administration hospitalière. C’était les yeux dans les yeux, nous n’avons envoyé de message à personne », a-t-il déclaré.

Sérgio Costa a également rappelé, dans son allocution, qu’il avait récemment signé un protocole pour « faire levier sur ce que pourrait être, à l’avenir, le Centre national de recherche sur le vieillissement ».

La municipalité a fourni un financement pour aider l’ULS à concevoir le projet de restauration de l’ancien pavillon Rainha Dona Amélia qui abritera le centre susmentionné.

Il a dit avoir également été en dialogue avec l’administration de l’ULS pour la réouverture de toutes les extensions sanitaires du département.

« Il y a trois ou quatre [extensões de saúde] qui ne sont pas encore ouverts. Cela a déjà été promis plusieurs fois. Pour voir si la promesse, une fois pour toutes, se réalise. C’est ce à quoi nous aspirons et dans les plus brefs délais, car l’été arrive », a-t-il déclaré.

Au cours de la période à l’ordre du jour, l’Assemblée municipale de Guarda, présidée par José Relva (Movimento Pela Guarda), a approuvé, entre autres, les procédures d’appel d’offres pour pourvoir des postes de gestion intermédiaire de 2e degré, l’ouverture d’un contrat de service de fourniture d’énergie électrique et la proposition de séparer la municipalité de l’association de développement rural ADRUSE – Serra da Estrela.

ASR // JEF