La proposition d’augmentation des salaires de la fonction publique en 2022, présentée aux syndicats, coûtera environ 225 millions d’euros bruts, a indiqué aujourd’hui la présidente du Syndicat du personnel technique, Helena Rodrigues, citant des données gouvernementales.

Helena Rodrigues s’exprimait devant des journalistes à l’issue du deuxième cycle de négociations, au ministère de la Modernisation de l’État et de l’Administration publique, sur le budget de l’État pour 2022 (OE2022), où le gouvernement a présenté une proposition d’actualisation des salaires de 0,9 %, selon les structures syndicales.

Selon le dirigeant syndical, l’exécutif a présenté une « charge budgétaire brute [sem contar com a receita de impostos e contribuições para o Estado] 225 millions d’euros ».

Cependant, le président de la STE a estimé que la valeur est « surestimée ».

Bien qu’elle considère que la proposition, conforme à l’inflation attendue, est en deçà de ce que la structure prévoyait (3%) et qu’elle ne permet pas une reprise du pouvoir d’achat, Helena Rodrigues a déclaré qu’elle appréciait le signal donné par le gouvernement.

« Ce n’est pas ce que nous voulions […], mais on a déjà abordé ce qu’est un processus de négociation, c’est un premier pas », a estimé le syndicaliste.

Sur d’autres dossiers, à savoir la valorisation du salaire d’entrée des techniciens supérieurs, promis par le Gouvernement, le président de la STE a indiqué que ces « changements structurels » seront négociés « désormais, mais produiront des effets en 2023 », selon le syndicat.

Lors du premier tour de négociations, lundi, où aucune proposition d’augmentation n’a été présentée par le gouvernement, le ministre a indiqué que ces négociations commenceraient au premier trimestre 2022, admettant même des effets cette année-là.

Il s’agit du deuxième round de négociations entre l’équipe du ministère de la Modernisation de l’Etat et de l’Administration publique et les trois structures syndicales, après, lundi, des négociations entamées sans que le gouvernement ait présenté une proposition d’augmentation des salaires.

Lundi, la ministre Alexandra Leitão avait exclu la possibilité d’augmentations salariales généralisées dans l’administration publique l’année prochaine.

Le responsable a également indiqué qu’en janvier il y aura une augmentation du salaire minimum national, qui s’élève actuellement à 665 euros, ce qui aura également un impact sur les techniciens supérieurs de l’Administration publique.

Il est également prévu « la recomposition de la carrière d’assistant opérationnel et d’assistant technique et la décompression conséquente du barème unique de rémunération », a ajouté Alexandra Leitão.

Cependant, ces questions ne devraient être traitées qu’au début de l’année prochaine, selon le ministre.

Le Front syndical représenté par le Syndicat du personnel technique de l’État (STE) réclame des augmentations de 3% pour l’année prochaine, tandis que la Fédération syndicale des syndicats de l’administration publique (Fesap) réclame une actualisation de 2,5% et le Front commun 90 euros pour tous les travailleurs .

En 2021, il y a eu des augmentations de 20 euros pour le premier salaire de base de la fonction publique, à 665 euros (montant égal au salaire minimum national) et 10 euros pour des salaires compris entre 665 et 791,91 euros.

Alexandra Leitão a déclaré à l’époque que les augmentations en 2021 couvraient tous les travailleurs avec un salaire inférieur à 800 euros, ce qui se traduisait par 148 000 travailleurs couverts et une dépense de 41 millions d’euros.

Le nombre de travailleurs dans les administrations publiques dépasse les 700 000.

Au cours des 12 dernières années seulement en 2020, il y a eu des augmentations pour tous les travailleurs de l’administration publique, de 0,3%, en ligne avec l’inflation.

DF // JNM