Rédaction, 19 avril 2021 – Selon le rapport EMEA Investor Intentions Survey 2021 publié aujourd’hui par CBRE, Lisbonne se classe au 10e rang des villes européennes les plus attractives pour l’investissement immobilier en 2021, dans une liste menée par Londres, suivie de Berlin et Francfort.

«Malgré le scénario post-‘brexit ‘, la capitale britannique conserve sa pertinence en tant que ville avec une plus grande attractivité pour l’investissement immobilier en Europe», précise le consultant immobilier, selon lequel «Berlin, Francfort, Paris et Amsterdam complètent le classement «des cinq principaux marchés et Munich et Hambourg occupent respectivement les sixième et septième places, suivis de Zurich et de Varsovie».

Comme le souligne CBRE, « avec quatre villes sur la liste des 10 favorites des investisseurs, l’Allemagne devrait mener la reprise de l’investissement en Europe ».

Dans l’espoir que les plans de vaccination resteront dans le calendrier prévu, CBRE prévoit également qu’en 2021, les volumes d’investissement européens augmenteront jusqu’à 5% par rapport à l’année dernière, bien qu’il considère «probable qu’il y aura une certaine variation entre les pays et classes d’actifs « .

Au niveau européen, l’étude souligne que «environ 60% des investisseurs prévoient d’investir plus dans l’immobilier cette année qu’en 2020», avec «près de 75% indiquant qu’ils veulent acheter 10% ou plus cette année par rapport à la précédente , encore qu’il existe des différences notables entre les différents pays (par exemple, au Royaume-Uni, plus de 80% des investisseurs ont exprimé le désir d’investir plus de capital) ».

«Malgré l’augmentation du télétravail et du travail flexible, à la suite du covid-19, les bureaux étaient considérés comme la classe d’actifs préférée des investisseurs européens», dit-il, révélant que «35% des personnes interrogées ont indiqué que la zone de bureaux était la plus le secteur immobilier, reflétant un sentiment positif du marché quant à l’avenir des bureaux de qualité ».

En revanche, «le secteur résidentiel gagne de plus en plus d’importance, car il est mis en avant comme la deuxième classe d’actifs immobiliers la plus prisée, avec 24% des intentions, suivi du secteur industriel et logistique avec 22%.»

«Ainsi, les bureaux de classe A, l’industrie et la logistique et le logement sont les secteurs où les prix devraient rester les plus élevés, alors que la plupart des investisseurs s’attendent à des réductions de valeur considérables pour certains types d’actifs commerciaux et hôteliers, ainsi que pour les bureaux de moindre qualité», conclut le étude.

Au Portugal, CBRE affirme que l’investissement dans l’immobilier commercial «a démarré timidement en 2021, en raison du confinement général auquel le pays était soumis, y compris des restrictions sur les voyages et les visites de propriétés», ce qui s’est traduit par un «fort ralentissement» de l’activité d’investissement pendant les trois premiers mois de l’année ».

«CBRE a enregistré un investissement d’environ 200 millions d’euros, soit environ 40% au-dessus de celui observé au deuxième trimestre 2020, au moment du premier confinement majeur, mais 50% en dessous du trimestre précédent», précise le directeur régional. recherche de CBRE Portugal, Cristina Arouca, citée dans la déclaration.

Le directeur «marchés de capitaux» du consultant considère qu ‘«il y a toujours un grand intérêt pour le marché immobilier portugais» et, avec le manque progressif de définition du pays et le plan de vaccination en cours, il s’attend à «un second semestre très dynamique».

«Le Portugal est parfaitement sur le radar de la communauté internationale des investisseurs et, au niveau national, nous prévoyons des développements très positifs dans la capacité d’investissement des acteurs locaux», a déclaré Nuno Nunes.

Soulignant qu ‘«il y a actuellement plus de 2 400 millions d’euros d’actifs en cours de commercialisation ou avec des processus en cours qui seront prochainement lancés sur le marché», CBRE Portugal anticipe un volume d’investissement pour l’année «d’environ 2 600 millions d’euros».

Bien que ce soit «un montant légèrement inférieur à celui observé l’an dernier (de 2 900 millions d’euros)», Nuno Nunes estime «qu’il reste assez pertinent pour le marché national».

L’enquête CBRE 2021 EMEA Investor Intentions a été menée entre décembre 2020 et janvier 2021, avec les réponses de plus de 400 répondants responsables du domaine d’investissement dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), dont 39% étaient des fonds immobiliers.

PD // MSF