« Les paiements au titre de l’aide exceptionnelle en cas de crise ont déjà été traités par l’Institut de financement de l’agriculture et de la pêche (IFAP) », a déclaré aujourd’hui le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

Au total, 36 153 candidatures ont été déposées auprès de la FIPA et 240 millions d’euros seront versés.

Le paiement se fera en deux tranches et les agriculteurs recevront la totalité de l’aide d’ici mardi, a assuré le ministère sous la tutelle de Maria do Céu Antunes.

L’exécutif a souligné que le décret qui crée un soutien exceptionnel, sous la forme d’une subvention remboursable, jusqu’à 500 millions d’euros, prévoit un paiement jusqu’au dernier jour du mois suivant le dépôt de la demande (31 juillet).

« […] Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a tout fait pour avancer cette date, car il était conscient des difficultés auxquelles les agriculteurs sont confrontés en raison de la situation de sécheresse et des effets économiques de la guerre en Ukraine », a-t-il souligné.

Le délai de dépôt des demandes pour cette aide courait jusqu’au 31 mai, mais a été prolongé jusqu’au 9 juin, « à la demande des confédérations paysannes ».

La Confédération portugaise des agriculteurs (PAC) a déclaré aujourd’hui, dans un communiqué, que la ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Maria do Céu Antunes, s’est engagée, le 21 avril, à régler à l’avance un certain montant de la politique agricole commune (PAC) jusqu’en mai 30, qui n’a pas eu lieu, ayant été reporté à juin puis à aujourd’hui.

« Grâce à la promesse du ministre, les agriculteurs ont anticipé les décisions financières, signé des contrats et des commandes avec les fournisseurs et assumé des responsabilités. Les situations de non-conformité dans lesquelles se trouvent de nombreux agriculteurs découlent directement du non-respect de la parole du ministre de l’Agriculture », a déclaré, cité dans le même document, le président de la PAC, Eduardo Oliveira e Sousa.

En réponse à Lusa, le ministère de l’Agriculture avait déjà assuré qu’un communiqué serait publié aujourd’hui pour rendre compte du début du paiement.

« CAP n’a pas tardé à critiquer. La journée n’est pas encore terminée et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation n’est pas fautif par rapport à ce qui a été dit précédemment », lorsqu’il a annoncé que les paiements devaient commencer à partir de la semaine du 4 juillet, a-t-il souligné dans cette réponse.

Par la suite, la Confédération nationale des coopératives agricoles et du crédit agricole du Portugal (Confagri) a également regretté le retard pris dans le versement des aides exceptionnelles aux agriculteurs, le jugeant « reprochable et inacceptable » face à la crise.

Les coopératives agricoles réclament donc un « transfert ponctuel » des fonds, afin que les engagements soient tenus avec les agriculteurs aux dates prévues.

PE (VP/MPE) // AE