Le président de la Commission européenne garantit que «l'Union européenne est solidaire du Portugal» face à la crise provoquée par la pandémie de covid-19, comme le montre le fait que le pays est l'un des principaux bénéficiaires du fonds de relance.

Dans un entretien avec l'agence Lusa à la veille de sa première visite officielle au Portugal en tant que présidente de l'exécutif communautaire, Ursula von der Leyen déclare que «les citoyens portugais se sont battus de manière très courageuse et disciplinée contre le virus et ont même mieux réussi que autres », et peut compter sur le soutien de l'UE, qui contribuera également à« booster »la reprise de l'économie portugaise.

«L'Union européenne veillera à ce que les Portugais, les citoyens européens et les peuples du monde entier aient accès à un futur vaccin. Et l'UE sera également aux côtés des Portugais pour sortir de la crise économique », garantit le président de la Commission.

Maintenir que «NextGenerationEU», le fonds de relance proposé par son exécutif et accepté par les dirigeants européens lors d'un long sommet en juillet dernier, donne à l'Europe «l'opportunité non seulement de réparer les dégâts et de se remettre de la situation actuelle, mais aussi de façonner un mode de vie », Von der Leyen souligne que« le Portugal sera un bénéficiaire important ».

Selon l'engagement pris en juillet dernier, le Portugal recevra 15,3 milliards d'euros de subventions (non remboursables), dont 13,2 milliards d'euros, d'ici 2023, via le mécanisme de relance et de résilience, le principal instrument du Fonds de relance.

Selon le président de la Commission, le soutien dont bénéficiera le Portugal "fournira les moyens de relancer la reprise de l'économie portugaise, basée sur la double transition écologique et numérique, tout en garantissant que personne ne soit laissé pour compte".

Interrogée sur l'impact particulier de la crise de la covid-19 au Portugal en tant que l'un des pays où le produit intérieur brut dépend le plus du tourisme, l'un des secteurs les plus touchés, Ursula von der Leyen observe que «tous les États membres, grands comme petits, ceux qui sont économiquement plus forts et moins forts, ont ressenti leur vulnérabilité pendant cette crise ».

«La crise actuelle a touché tous les États membres, bien que différemment, et nous devons travailler dur pour rendre nos économies plus résistantes aux chocs externes», dit-il dans un entretien écrit avec Lusa.

Selon le responsable allemand, "l'instrument" NextGenerationEU "a été conçu pour tenir compte de ces différences" et "nombre des mesures adoptées par la Commission visent spécifiquement le secteur du tourisme, qui est si important pour des pays comme le Portugal".

«Plus tôt ce mois-ci, la Commission a adopté une proposition visant à garantir que les mesures prises individuellement par les États membres et qui restreignent la libre circulation en raison de la pandémie de coronavirus soient coordonnées et communiquées clairement au niveau de l'UE. Nous espérons que cette proposition pourra être adoptée prochainement par les gouvernements de l'Union », a-t-il rappelé, évoquant les efforts de Bruxelles pour sauvegarder l'espace Schengen de libre circulation et, par conséquent, protéger également le secteur du tourisme, particulièrement touché par les fermetures de frontières et autres restrictions que les États membres prennent unilatéralement depuis mars dernier.

Ursula von der Leyen débutera lundi à Lisbonne, pour une visite de deux jours, la première depuis qu'elle a assumé la présidence de la Commission en décembre 2019, et au cours de laquelle elle participera à une session, mardi, à Fondation Champalimaud, avec le Premier ministre, António Costa, dans laquelle ils présenteront respectivement les plans de relance européen et portugais.

Avant même cette session, le Premier ministre et le président de la Commission européenne rendront visite à l'Institut Ricardo Jorge, une valence qui a été à l'avant-garde de la lutte contre le covid-19.

Lors de sa présence au Portugal, Ursula von der Leyen, participe mardi, à l'invitation du Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, à la réunion du Conseil d'Etat, qui débattra de la situation et de l'avenir de l'Europe, et est prévu pour le Palais de la Citadelle de Cascais, quartier de Lisbonne.

ACC / ANE (PMF) // FPA