Le Plan Réactiver le Tourisme|Construire l’Avenir, présenté par le Gouvernement en mai dernier, comprend « la perspective » du pays, cette année, « d’atteindre 50 % des revenus [que teve] en 2019 », a rappelé la secrétaire d’État Rita Marques.

S’adressant à des journalistes à Évora, en marge d’une conférence internationale du secteur du tourisme qui a débuté aujourd’hui dans cette ville, le responsable gouvernemental a assuré que le pays est déjà « très proche » de ces recettes touristiques totales.

« Nous avons encore des incertitudes à venir, mais, étant donné que l’été a été un peu meilleur que ce que nous pensions, nous sommes sûrs que ce nombre sera probablement très en ligne, en fait, avec les autres pays européens qui travaillent également dans le tourisme « Comme le Portugal, a-t-il souligné.

Ainsi, en 2021 le pays devrait être « à 50 % du chiffre d’affaires 2019, en maintenant l’ambition de, en 2027 », être capable d’atteindre « une valeur bien supérieure, donc, les 28 milliards de chiffre d’affaires », un objectif déjà esquissé dans le présenté plan en mai, a-t-il soutenu.

« En matière de tourisme, c’est notre ambition, en 2027, d’atteindre ce que nous nous étions fixé lorsque nous avons conçu la stratégie touristique en 2016/2017. Par conséquent, je pense que nous allons certainement y arriver, avec l’aide de tous », a-t-il souligné.

Mais, bien qu’ayant reconnu que le gouvernement souhaite que le pays revienne aux « chiffres 2019 » dans le secteur, Rita Marques a défendu qu’il est nécessaire « avant tout, pour un meilleur tourisme ».

« Bien sûr, nous voulons des revenus touristiques », mais surtout « ce que nous voulons, c’est offrir » à ceux qui visitent le Portugal « une expérience touristique de qualité et durable qui peut réduire considérablement notre ’empreinte’ dans ce monde », a-t-il souligné.

En marge de la conférence, où la durabilité du tourisme est l’un des thèmes en discussion, Rita Marques a rappelé qu’« il n’y a pas de tourisme s’il n’y a pas une planète meilleure ».

Bien que ce soient des « périodes particulièrement difficiles » pour les entreprises, sur le plan économique et financier, en raison de la pandémie de covid-19, le secrétaire d’État a souligné que « la mission » du Portugal « par rapport à la durabilité du tourisme » n’a pas été secoué.

Il y a « une politique publique claire » en ce sens, mais celle-ci « n’a de sens que si elle est assortie » d’acteurs privés et de touristes, ce qui s’est produit : « Nous avons eu quelques difficultés d’ordre économique et financier dans nos entreprises, nous essayons de résoudre ce thème, mais nous avons également identifié une grande ambition dans le secteur pour transformer le tourisme », a-t-il déclaré.

La conférence mondiale sur le tourisme durable « Un monde pour le voyage — Forum d’Évora » a débuté aujourd’hui à l’Université d’Évora et se poursuivra jusqu’à vendredi, étant promue par diverses entités du secteur, avec le soutien de Visit Portugal.

L’initiative, dans laquelle un plan d’action sera présenté pour les années à venir avec des propositions et des objectifs pour le secteur, compte plus de 140 intervenants nationaux et internationaux de différents domaines.

Selon le responsable, cet événement « est important » pour le pays, car il se déroule en personne, mais aussi avec des conférenciers et des participants en ligne, et pour affirmer « la position du Portugal dans le leadership en termes d’organisation d’événements internationaux ».

RRL // CC