S’exprimant au Centre culturel Olga Cadaval, à Sintra, dans le cadre d’une série de réunions avec des hommes d’affaires pour préparer la foire de Hanovre – dont le Portugal est le pays partenaire – António Costa s’est adressé aux fonds communautaires pour dire que les fonds du plan de relance et de résilience (PRR) et Portugal 2030 réservent, sur les sept prochaines années, « 11 milliards d’euros destinés exclusivement à soutenir exclusivement l’investissement des entreprises ».

« 11 milliards d’euros, c’est seulement 90% de plus que la dernière génération de fonds communautaires mis à disposition des entreprises : c’est pratiquement le double de ce que nous aurons dans les sept prochaines années, par rapport à ce que nous avons eu ces sept dernières années », a-t-il déclaré. .

Le directeur général a considéré qu’il s’agissait « d’une opportunité extraordinaire qui se produit à un moment extraordinaire, qui est le moment où l’Europe a décidé d’investir sérieusement dans l’industrie, et dans lequel le Portugal a des conditions uniques pour être une excellente plate-forme pour l’emplacement de ce nouveau développement.» Effort européen de réindustrialisation.

Selon le Premier ministre, ces « conditions d’excellence » découlent d’abord des « conditions géographiques » du Portugal, un pays qui, « dans cette délocalisation vers le marché mondial », n’est plus « périphérique ».

« Nous ne nous mesurons pas par rapport au centre de l’Europe, mais au contraire, nous nous mesurons à l’interface – comme nous l’avons toujours été – de l’Europe au reste du monde. (…) Nous ne regardons pas ici l’Europe pour elle-même, mais l’Europe regardant le monde et, quand l’Europe regarde le monde, le Portugal est en fait le point d’interface naturel », a-t-il souligné.

Costa a rappelé que le Portugal se trouve dans une position géographique qui le place sur « la distance la plus courte entre le continent américain et le continent européen, entre le continent africain et le continent européen », et a défendu que « c’est absolument extraordinaire ».

« Il y a une mesure aujourd’hui qui le démontre : ce n’est pas par hasard que c’est au Portugal que le nouveau câble haute définition entre l’Amérique du Sud et l’Europe est venu s’amarrer à Sines, ce n’est pas par hasard que la semaine dernière le nouveau câble a été amarré à Setúbal, câble reliant l’Afrique du Sud à l’Europe, ce n’est pas un hasard si ‘To Africa’ sera également amarré au Portugal, qui est le nouveau câble reliant l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient », a-t-il souligné.

Outre sa position géographique, le chef de l’exécutif a également mis en avant « un autre avantage concurrentiel très significatif du Portugal », à savoir le fait qu’il est le « quatrième pays le plus sûr au monde et le troisième pays le plus sûr au niveau de l’Union européenne (EU ) ».

Le troisième avantage du Portugal, selon le Premier ministre, découle du fait que la prochaine décennie sera « la décennie de la transition climatique » et la Commission européenne considère « le Portugal comme le pays le mieux placé pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ».

António Costa a également souligné que, de nos jours, le pays a des conditions qu’il n’a jamais eues, en raison de la « capacité d’innovation et de qualification » des ressources humaines portugaises.

« Nous le savons tous : le plus gros déficit structurel du pays depuis des siècles concerne les qualifications. Aujourd’hui, heureusement, dans la génération qui a 20 ans, nous avons déjà un nombre de personnes qui fréquentent l’enseignement supérieur qui dépasse la moyenne européenne : la moyenne européenne est de 42 %, la moyenne au Portugal est déjà de 46 % », a-t-il souligné.

Le Premier ministre a déclaré que, grâce à la qualification, la « capacité de recherche et de développement » émerge également dans le « système scientifique et technologique » portugais, arguant que « la capacité des entreprises à être de plus en plus innovantes » et compétitives dépend « des qualifications des ressources humaines » et la « capacité d’innovation dans le contexte de l’entreprise ».

« Nous avons aujourd’hui cette capacité que nous n’avions pas il y a quelques décennies », a-t-il souligné.

En ce sens, après avoir entendu une dizaine d’hommes d’affaires qui participeront à la foire de Hanovre – que Costa ouvrira dimanche prochain, aux côtés du chancelier allemand Olaf Scholz –, le Premier ministre a défendu que l’événement pouvait servir de « levier » pour la Tissu commercial portugais.

« Ce déplacement à Hannover Messe est l’occasion d’avoir ici un levier qui nous aide à projeter le Portugal que nous tenons à projeter, qui est un Portugal compétitif, un Portugal innovant, un Portugal très productif et très concentré. sur le développement de l’industrie et avec un énorme potentiel pour attirer au Portugal quelles sont les industries du futur », a-t-il souligné.

TA // SF