1-1-e1669908198824-png

Vision | La consommation quotidienne d’énergie a augmenté de 7,2 % en juillet et a atteint des records en été –

Ainsi, selon les informations publiées par REN – Redes Energéticas Nacionais, « la consommation d’électricité au Portugal a augmenté de 7,2% en juillet, par rapport à la même période l’an dernier, tirée par des températures supérieures aux valeurs normales qui se sont fait sentir ».

Dans le même temps, « le 13, un mercredi, il y avait même la consommation quotidienne la plus élevée jamais enregistrée au Portugal en période estivale, 163,5 GWh [gigawatts-hora]dépassant le précédent maximum enregistré en 2010 », a-t-il souligné.

Selon les mêmes données, « avec correction des effets de la température et du nombre de jours ouvrés, il y a eu une croissance mensuelle de 4,9% en glissement annuel », a indiqué REN.

Selon l’entreprise, « sur les sept premiers mois de l’année, la consommation a augmenté, par rapport à la même période de l’année précédente, de 3,5%, ou de 3,3% avec la correction de température et les jours ouvrés ».

De son côté, « le régime hydroélectrique reste sec, avec un indice de productivité de 0,30 (moyenne historique de 1) », a-t-il indiqué, mais avertissant que cette valeur a « peu de sens car c’est une période de l’année où les apports sont pratiquement néant ».

« Le régime de vent était également inférieur à la moyenne, enregistrant 0,88 (moyenne historique de 1), alors qu’en photovoltaïque il était plus favorable avec 1,08 (moyenne historique de 1) ».

Selon REN, « la production renouvelable fournissait 36 ​​% de la consommation, la production non renouvelable 35 %, tandis que les 29 % restants correspondaient à de l’énergie importée ».

Sur la période de « janvier à juillet, l’indice de productibilité hydroélectrique s’est inscrit à 0,34 (moyenne historique de 1), l’indice de productibilité éolienne à 0,94 et l’indice de productibilité solaire à 1,10 » et « la production renouvelable a fourni 46 % de la consommation, divisée par l’éolien avec 24 % ». %, hydroélectrique avec 10 %, biomasse avec 7 % et photovoltaïque avec 5 % », la production de gaz naturel fournissant 32 % de la consommation et les 22 % restants correspondant à l’énergie importée.

De son côté, « le marché du gaz naturel a de nouveau enregistré une évolution positive sur un an, de 5,4%, en raison du comportement du segment de la production d’électricité, qui a progressé de 38% », mais « sur le segment conventionnel, la tendance continue de casser, avec une variation négative sur un an de 14,8% ».

Entre janvier et juillet, « la consommation de gaz naturel est pratiquement en ligne avec celle observée à la même période de l’année précédente, enregistrant une baisse marginale de 0,3 %, en raison d’une baisse de 21 % du segment conventionnel et d’une croissance de 47 %. % dans le segment de la production d’électricité », a déclaré REN.

L’entreprise a rappelé que « l’alimentation du système national » est maintenue « presque entièrement à partir du terminal méthanier de Sines ».

ALYN // EA

Articles récents