La valeur commerciale de ce fruit, avec des prix compris entre 0,60 et 0,80 euro le kilogramme, en fait l'une des principales cibles des vols dans les propriétés agricoles de la région – aux côtés de l'avocat et de l'orange -, ayant été constatée au cours de la verra plusieurs saisies de grandes quantités de caroube.

Selon GNR, après une légère baisse de la quantité de caroube récupérée dans la région de 2018 à 2019 (de 1,78 à 1,23 tonne), il y a cette année une augmentation à 5,4 tonnes, accompagnée d'une augmentation des plaintes pour vol de caroube pour un total de 78.

La graine du fruit de caroube est utilisée dans plusieurs industries, telles que la pharmacie, la cosmétique ou l'alimentation – comme additif pour les puddings, les aliments pour bébés et les stabilisateurs de crème glacée -, ainsi que pour l'industrie textile.

La pulpe de caroube, qui représente 90 pour cent du poids du fruit, est utilisée pour diverses sucreries telles que biscuits et gâteaux, liqueurs, sirop, pain et aliments pour animaux.

Selon GNR, les vols concernent le moment de la récolte, «surtout dans les mois de juin à septembre», les auteurs de ces crimes visant plus tard «les entrepôts agricoles et les annexes de la résidence du producteur, où ils sont normalement installés. caroube jusqu'à la vente ».

"Les données enregistrées indiquent que, de manière générale, les vols sur les terres agricoles sont effectués par des personnes de la région, qui connaissent le territoire, qui ramassent des propriétés ou des terres agricoles (espaces non clôturés) sans autorisation de le faire", a caractérisé la force de sécurité.

Quant aux zones les plus touchées, elles se situent principalement dans la «zone centrale de l'Algarve, dans une bande qui s'étend de la municipalité d'Albufeira à la municipalité d'Olhão», a ajouté le GNR.

Conscient de ce phénomène, GNR a lancé l'opération «Campo Seguro», qui a débuté le 6 juin et se poursuivra jusqu'au 31 décembre, dans le but de lutter contre le vol et la récolte illégale de ces produits sur les propriétés agricoles de la région.

GNR a souligné que, dans le cadre de l'opération «Campo Seguro» et en collaboration avec d'autres forces de sécurité, les «patrouilles dans les fermes» ont été intensifiées afin de prévenir la criminalité et le vol, «ainsi que d'éventuelles situations de traite des êtres humains ».

D'autre part, la force de sécurité promeut également «des actions d'information et de sensibilisation des communautés rurales, notamment des agriculteurs, sur les mesures préventives et la protection contre le vol des produits agricoles, du cuivre et autres métaux non précieux», qui peuvent également être utilisées. converti en espèces après avoir été volé.

MHC // MAD