1-1-e1669908198824-png

Ventura qualifie le choix de Galamba d' »affront à l’état de droit »

Le président de Chega, André Ventura, a défendu ce lundi que le choix de João Galamba comme ministre des Infrastructures « est un affront à l’Etat de droit et aux Portugais ».

« La nomination de João Galamba est un affront au pays et à la justice », a soutenu le dirigeant de Chega, après avoir rappelé que le nouveau ministre des Infrastructures « fait l’objet d’une enquête pour le business du lithium et de l’hydrogène », en plus d’avoir été, il a déclaré, « qui a averti José Sócrates de l’opération Marquês ».

Ventura s’est dit au courant de l’existence d’une « enquête sur l’utilisation de fonds publics impliquant João Galamba », estimant que le président de la République aurait dû poser cette question au Premier ministre avant d’accepter la nomination.

« Le président de la République a-t-il posé ces questions ? J’aurais dû le mettre », a déclaré le leader du Chega, affirmant que « nommer un ministre visé par la Justice semble être un affront à l’Etat de droit et un affront aux Portugais ».

Pour le leader de Chega, Marcelo Rebelo de Sousa « il n’aurait pas dû le faire » car « les affaires » impliquant João Galamba « vont affaiblir son autorité politique au sein du gouvernement ».

André Ventura a estimé que le premier ministre, lors de la conférence de presse de ce lundi, a choisi de « passer à côté de tout ce qui se passe et passer un chiffon sur tout ce qui s’est passé au gouvernement ces dernières années ».

« Nous avons un gouvernement à la dérive et sans aucune capacité politique », a accusé le président de Chega, pointant « l’incapacité manifeste, le manque d’autorité et de conditions politiques de Fernando Medina pour continuer à diriger les finances ».

En plus de « l’incapacité à rajeunir », Ventura a estimé que « personne ne veut traverser António Costa et ce gouvernement socialiste ».

Le leader de Chega a réagi à l’annonce publique des choix du Premier ministre pour remplacer le ministre sortant des Infrastructures, Pedro Nuno Santos, qui a démissionné suite à l’indemnité de 500 mille euros versée à l’ancienne secrétaire d’État au Trésor Alexandra Reis lorsqu’elle était TAP administrateur.

Le Premier ministre a choisi les actuels secrétaires d’État João Galamba et Marina Gonçalves pour les fonctions de ministre de l’Infrastructure et de ministre du Logement, respectivement.

Avec cette option, acceptée par le président de la République, le chef de file de l’exécutif sépare les portefeuilles des Infrastructures et du Logement, domaines jusqu’ici cumulés par le ministre sortant Pedro Nuno Santos.

Articles récents