«Le Service des urgences pédiatriques (SUP) de la HESE connaît une grave pénurie de pédiatres, ce qui met son opération en péril, dès le 1er septembre prochain», peut-on lire dans le communiqué publié par le syndicat.

Selon la SMZS, ce service de l'hôpital d'Évora «compte actuellement six pédiatres, dont trois seulement effectuent un travail de nuit, en raison de la limite d'âge légale, ce qui signifie que même le recours aux heures supplémentaires» n'est «suffisant pour garantir l'échelle d'urgence ».

«Cette situation dure depuis plusieurs années», a souligné la structure syndicale, indiquant que les médecins ont signalé leur inquiétude au conseil d'administration de la HESE et à l'Administration régionale de la santé (ARS) de l'Alentejo, mais «ces structures de gestion détériorer la situation ».

Le SMZS précise que l'administration HESE, «au lieu de chercher des solutions, fait pression sur les médecins pour qu'ils remplissent les échelles d'urgence, même s'ils ne respectent pas les recommandations minimales de sécurité», qui «exigent deux médecins spécialistes en présence physique».

«Depuis le début de la pandémie» de covid-19, a-t-il indiqué, le conseil d'administration «a décidé que l'emploi du temps hebdomadaire de ces six médecins devait être en grande partie ou pleinement rempli de toute urgence, au détriment de l'activité de soins restante en consultation et en hospitalisation».

Cette situation "a compromis l'accès des enfants aux soins nécessaires au cours des six derniers mois" et "devient particulièrement insoutenable compte tenu de l'augmentation des flux attendus en hiver et du besoin urgent de reprendre l'activité d'assistance" normale "", peut-on lire vers le haut.

«Avec le report et la suspension des consultations et des examens, il y a eu une augmentation inquiétante des pathologies graves», a affirmé le syndicat, exigeant de la HESE et du ministère de la Santé «l'adoption immédiate de solutions garantissant soins et sécurité. des enfants et les conditions de travail des médecins ».

Le groupe parlementaire PCP a également interrogé le ministère de la Santé sur «le manque de médecins dans le service de pédiatrie de HESE et les implications de cette situation dans la fourniture de soins de santé pédiatriques dans toute la région de l'Alentejo, avec une préoccupation particulière quant à la possibilité de partir. le service d'urgence pédiatrique devrait être fourni dès septembre ».

Dans un communiqué envoyé aujourd'hui par la Direction de l'Organisation régionale d'Évora (DOREV) du PCP, les communistes jugent urgent de prendre des mesures pour éviter de compromettre les consultations, l'hospitalisation et le service d'urgence pédiatrique, ce qui forcerait le déplacement des usagers et des familles de l'Alentejo. pour les hôpitaux de la région de Lisbonne.

«Il est d'autant plus important que le problème sous-jacent – le manque de renouvellement et de rajeunissement du personnel clinique du service pédiatrique de la HESE – soit efficacement surmonté avec la création des conditions pour la mise en place des professionnels et leur intégration dans le personnel» de l'hôpital, a défendu le PCP.

A ce sujet, Lusa a contacté HESE aujourd'hui, mais il n'a pas encore été possible d'obtenir des éclaircissements.

RRL // ROC