De nouveaux effondrements bancaires pourraient être en cours, a averti la banque centrale du Portugal, à moins que les États membres agissent ensemble pour endiguer les effets de la pandémie de Covid sur le secteur financier.

Le «Rapport sur la stabilité financière» de la Banque du Portugal publié hier (mercredi) ne mâche pas ses mots.

«Si les mesures d'aide gouvernementale au secteur privé non financier ne sont pas de dimension adéquate ou suffisante en termes de durée et d'ampleur de la crise pandémique, ou si elles sont retirées trop tôt, le risque de« non-conformité » (les personnes et les entreprises incapables de payer leurs prêts) pourraient déclencher la nécessité d'une intervention directe sur le secteur financier ».

Toujours dirigée par Carlos Costa – un gouverneur ayant une énorme expérience des effondrements bancaires – la Banque a déjà salué les mesures prises par le gouvernement et la Banque centrale européenne, mais dit que davantage est nécessaire, dans un cadre de coordination européenne, pour garantir que les pays les plus faibles «sont pas encore plus pénalisés ».

Selon les rapports, l'avertissement se résume à la nécessité "d'adopter des mesures de relance budgétaire sans précédent" qui devront néanmoins être extrêmement prudentes lorsqu'il s'agira de choisir les entreprises à soutenir et celles à laisser tomber.

Le rapport BdP indique clairement que le financement devrait être limité aux «entreprises qui étaient viables au début de la pandémie.

«La concession d'un soutien excessif aux entreprises non viables pourrait entraver la réaffectation des ressources dans l'économie et contribuer à la croissance des entreprises zombies».

Les avertissements surviennent alors que le Portugal attend toujours des décisions de Bruxelles sur l’étendue de l’aide pandémique à venir dans le cadre du prochain «budget pluriannuel».

natasha.donn@algarveresident.com