Le 6 juillet, le Parlement européen (PE) vote l’acte de taxonomie déléguée complémentaire de l’Union européenne « qui classe les gaz fossiles et nucléaires comme des activités ‘vertes’ », ce que Zero veut voir échouer.

« Zero appelle les eurodéputés portugais à voter contre cette classification afin d’empêcher que cette proposition de la Commission européenne soit rendue possible et promet qu’elle rendra visible le vote des partis et de chacun des eurodéputés en ce qui concerne leurs engagements dans la lutte contre le changement climatique et la durabilité », lit-on dans un communiqué de l’association environnementale.

Zero affirme également que la guerre en Ukraine « a manifesté les dangers d’une dépendance aux énergies fossiles importées », elle considère donc qu’« il est urgent » d’orienter les financements pour garantir l’indépendance énergétique de l’Union européenne.

« La poursuite des efforts pour limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 °C ne laisse aucune place aux combustibles fossiles et au nucléaire. Une plus grande part de sources d’énergie renouvelables parallèlement aux investissements dans l’efficacité est la voie à suivre pour une plus grande résilience, une indépendance énergétique et des prix plus bas », défend Zero.

L’approbation de la proposition de la Commission européenne mettrait en péril les objectifs climatiques européens, notamment en ce qui concerne le gaz naturel, qui représente des émissions polluantes, de l’extraction à la combustion, affirme l’association environnementale, soulignant qu’il augmenterait, plutôt que de réduire, la dépendance énergétique extérieure .

Cela augmenterait également la dépendance vis-à-vis des approvisionnements en gaz russe, contrairement à la stratégie d’indépendance totale vis-à-vis de la Russie.

Quant au nucléaire, Zero souligne que ce pari ne résout ni la crise énergétique ni la crise climatique à court ou moyen terme.

« Les centrales nucléaires mettent 10 à 19 ans entre la planification et l’exploitation. Ces délais signifient que les centrales nucléaires ne peuvent pas contribuer à accroître la sécurité énergétique de l’UE et à réduire les émissions de carbone assez rapidement », déclare Zero.

Parier sur le nucléaire, selon l’association, serait également faux en raison du détournement des ressources des énergies renouvelables que cela impliquerait et pour attribuer à tort une « classification verte », en plus du « risque d’accidents catastrophiques » et de mettre en péril le « sécurité de l’Union européenne ». Union européenne », puisque « 20% de l’uranium de l’Union européenne est importé de Russie ».

IMA // JMR