Né le 1er juillet 1996, au milieu d’un gouvernement dirigé par le socialiste António Guterres, et avec le portefeuille Solidarité et Sécurité sociale aux mains d’Eduardo Ferro Rodrigues, le Revenu Minimum Garanti (RMG) semble répondre à une recommandation du Conseil des ministres de l’Union européenne de 1992 pour que les États membres reconnaissent le droit de tous les citoyens à vivre dans la dignité et à créer des ressources et des avantages sociaux.

Il s’agit au départ d’une prestation sociale du régime de sécurité sociale non contributive, c’est-à-dire destinée aux personnes et aux familles en situation d’extrême pauvreté et sans ressources financières qui n’ont pas payé la sécurité sociale. En plus du volet financier, il comportait un programme d’inclusion sociale, afin de favoriser une insertion sociale et professionnelle progressive.

Au cours de la première année de mise en œuvre, entre 1996 et 1997, il fonctionne comme un projet pilote dans plusieurs paroisses du pays, avec des chômeurs de longue durée et des bénéficiaires d’actions sociales, et ce n’est qu’ensuite qu’il s’étend à l’ensemble du continent et des îles.

La mesure a eu droit à quelques voix critiques, dont le président du PSD de l’époque, Fernando Nogueira, qui a critiqué le processus de mise en œuvre et a dit avoir peur de la fraude, ou l’économiste Medina Carreira, qui à l’époque avait déjà été ministre des Finances d’un parti socialiste gouvernement , qui a déclaré avoir le sentiment que la corruption s’installerait rapidement.

De l’autre côté de la barricade, Ferro Rodrigues l’a toujours défendue comme un moyen pour chaque citoyen d’avoir droit à un minimum vital.

En mai 1996, le journal « A Capital » fait la Une avec une famille de Quarteira, commune de Loulé, choisie pour être l’une des premières à bénéficier du RMG, « bien qu’elle n’ait jamais entendu parler d’une telle chose ».

En l’occurrence, il s’agissait de la famille de João Ângelo Abreu, qui comprenait le couple et trois enfants, et qui vivait depuis neuf ans dans une maison squattée du « tristement célèbre » Bairro dos Pescadores, considéré comme le Couple des Vents de l’Algarve.

La phase expérimentale a démarré avec 61 projets pilotes dans 195 paroisses, bénéficiant à 8 749 familles, pour un total de 32 728 personnes, ayant également rejoint 13 organismes publics, 126 conseils municipaux et conseils paroissiaux, 105 établissements privés de solidarité sociale, miséricorde, mutuelles et autres associations à but non lucratif, une association syndicale et trois associations professionnelles.

Plus tard, lorsqu’elle est étendue à l’ensemble du pays, la mesure est inscrite au budget de l’État 1997 avec une dotation de 25,3 milliards d’escudos (environ 127 millions d’euros), établissant que pour l’attribution du RMG il serait tenu compte de la revenu total des membres du ménage, quelles que soient leur origine et leur nature. La valeur moyenne mensuelle était de 20 mille escudos.

Six ans plus tard, et déjà dans le gouvernement social-démocrate de Durão Barroso, l’allocation est supprimée et le revenu social d’insertion (RSI) est créé et est désormais inclus dans le sous-système de solidarité, maintenant la valeur monétaire et le programme d’insertion.

L’entrée en vigueur de la prestation sociale renouvelée entraîne des changements dans les conditions d’accès, à savoir l’interdiction de cumul avec d’autres prestations sociales ou l’obligation de fournir toutes les informations nécessaires à une évaluation patrimoniale, financière et économique.

A cette époque, des inspections aléatoires étaient également prévues, via un tirage national obligatoire. L’introduction de ces mesures n’a pas été totalement achevée car, comme certaines violant des principes de la Constitution, elles ont été rejetées par la Cour constitutionnelle.

En 2004, année à partir de laquelle les statistiques de l’Institut de sécurité sociale (ISS) sur cette prestation sont disponibles, on compte déjà 84 314 bénéficiaires, sur 31 063 familles.

Cependant, l’année record en nombre de bénéficiaires a été 2010, sous le gouvernement socialiste de José Sócrates, lorsque 525 594 personnes ont reçu le RSI, et cette année-là, le mois qui a dépassé toutes les statistiques était mars, avec 404 536 bénéficiaires.

Le nombre de bénéficiaires commence à baisser considérablement à partir de 2012, sous le gouvernement de droite de Pedro Passos Coelho, qui a multiplié les actions d’inspection et abaissé le budget alloué au RSI, ayant détourné les « économies » vers l’augmentation des minima sociaux et des retraites des zones rurales. .

Le ministre des Solidarités et de la Sécurité sociale de l’époque, Pedro Mota Soares, a modifié les conditions d’accès, limitant les futurs bénéficiaires à une limite maximale de dépôts bancaires de 25 mille euros, contre 100 mille euros jusqu’à présent, en plus d’être obligé de signer un contrat annuel , dans laquelle ils s’engageaient à la recherche obligatoire de travail, à l’acceptation d’un travail socialement utile et à l’éducation de leurs enfants, entre autres, et les obligations étaient étendues à toute la famille.

Entre 2011 et 2015, le nombre de bénéficiaires du RSI a diminué de près de moitié, passant de 447 111 à 295 541, soit une baisse de 34 %.

Par la suite, en janvier 2016, dans le premier gouvernement d’António Costa, le RSI subit de nouveaux changements qui se traduisent par l’élargissement du niveau de couverture des revenus, ainsi que les montants moyens alloués, qui vont d’une valeur moyenne de 88,57 euros par personne. dans les années entre 2011 et 2015 pour une valeur moyenne de 113,90 euros entre les années 2016 et 2021.

Selon les données les plus récentes de l’Institut de sécurité sociale, pour le mois de mai, il y a 217 973 personnes bénéficiant de cette prestation sociale au sein de 102 545 familles.

Les districts comptant le plus grand nombre de bénéficiaires sont Lisbonne (55 718), Porto (44 915), Setúbal (21 820) et la Région autonome des Açores (14 412).

Il s’agit d’une prestation avec une différence de genre, car ce sont principalement les filles et les femmes qui la reçoivent, avec 113 509 bénéficiaires contre 104 464 bénéficiaires.

Le groupe d’âge avec le poids le plus élevé est celui des enfants jusqu’à 18 ans (70 644), qui représentent 32,4 % du total des bénéficiaires.

Le montant mensuel moyen par personne est de 119,45 euros et de 262,18 euros par famille.