Ce modèle résulte de la modification du régime d’attribution des aides financières de l’État, aux arts visuels et du spectacle, attribuée par la Direction générale des arts (DGArtes), à travers des programmes de soutien soutenus, de soutien aux projets et en partenariat, et les changements ont été approuvés par le Conseil des ministres, le 22 avril dernier, se traduisant par le décret-loi n° 47/2021, publié aujourd’hui dans la première série du Diário da República.

Ce diplôme comportait le « principe de préférence pour l’embauche de professionnels sous contrat de travail » aux fins d’octroi d’un accompagnement, soulignant l’arrêté que « les entités bénéficiaires doivent privilégier l’embauche de professionnels » dans ce régime.

« Ainsi, les actions positives sont valorisées pour l’exécution des contrats de travail, avec régularité et permanence, dans le but de réduire la précarité et de renforcer les relations de travail dans le secteur de la culture et des arts », indique le décret-loi, qui entre en vigueur samedi, le lendemain de sa publication, et qui a fait l’objet d’une consultation publique entre le 21 décembre 2020 et le 11 janvier de cette année.

Dans le cadre du programme d’appui soutenu, les deux modalités d’appui biennal et quadriennal sont maintenues, établissant des cadres de financement sur deux et quatre ans, avec la possibilité de renouveler l’appui quadriennal pour une durée égale.

Dans ce programme, les candidats au soutien biennal doivent avoir au moins quatre ans d’activité professionnelle continue, quels que soient leur nature juridique ou leur modèle institutionnel, et les candidats au soutien quadriennal doivent avoir au moins six ans d’activité professionnelle continue.

En soutien soutenu, « les candidatures qui associent le soutien des communes sont valorisées ».

Dans le cadre du soutien aux projets, qui vise à promouvoir et développer des projets artistiques spécifiques, il est désormais prévu que les activités puissent être développées sur une période de 18 mois.

Quant au programme d’appui au partenariat, pour le développement d’activités soutenues par la DGArtes, qui regroupent d’autres entités, le libellé du nouveau diplôme considère les personnes morales, publiques ou privées, nationales ou étrangères, issues d’autres domaines de la politique sectorielle, entités de  » mérite culturel reconnu et projection nationale et internationale » et « administration locale ».

La procédure simplifiée ne peut être adoptée que pour l’octroi d’un soutien jusqu’à 5 000 euros, sauf dans des situations exceptionnelles qui seront évaluées par les services techniques de la DGArtes et soumises à la décision du directeur général respectif, sans audition des parties intéressées.

Les programmes de soutien de la DGArtes couvrent les domaines de la création, de la programmation, de la circulation nationale, de l’internationalisation, des actions stratégiques de médiation, de l’édition, de la recherche et de la formation, dans les domaines de l’architecture, des arts plastiques, du design, de la photographie et des nouveaux médias, dans le cadre des arts visuels. , mais aussi le cirque, la danse, la musique, l’opéra et le théâtre, dans le cadre des arts de la scène, en plus des arts de la rue et du croisement disciplinaire.

Quant aux comités de suivi, qui fonctionnent sous la direction et la coordination de la DGArtes, ils sont composés de consultants ou de spécialistes dans les domaines artistiques et dans les domaines de la gestion financière ou culturelle, et leurs membres sont nommés par le directeur général des arts , par « proposition motivée » de services.

Les communes où s’exercent majoritairement les activités des entités bénéficiaires sont également invitées à participer à ces commissions.

Dans les processus de renouvellement des soutiens, les comités de suivi, avec le nouveau diplôme, « en viennent à jouer un rôle central dans le modèle de soutien aux arts, notamment en évaluant la réalisation des objectifs de service public, et en vérifiant les résultats de la démarche artistique. entités de travail ».

« Avec la rénovation [dos apoios] l’intention est de parier sur la stabilité, en termes de planification des activités et de structuration des entités » soutenues, indique le texte.

Dans le même temps, « un contrôle exigeant et une gestion prudente sont recommandés dans l’application de ce régime de soutien aux arts, afin également de garantir sa nécessaire pérennité, qu’elle soit présente ou à moyen-long terme ».

L’aide financière sera accordée selon les modalités d’appel d’offres, d’appel d’offres restreint ou de procédure simplifiée, telles que prévues dans le décret-loi.

« Dans des situations exceptionnelles, d’intérêt public manifeste, un soutien extraordinaire peut être accordé à des activités ou projets d’intérêt culturel pertinent, par arrêté du membre du gouvernement chargé du domaine de la Culture, sur proposition motivée de la DGArtes » .

Dans le cadre du modèle de soutien aux arts, la compétition limitée est toujours maintenue, qui peut avoir lieu dans des situations justifiées, notamment dans le cadre du programme de soutien au partenariat ou dans le but de sélectionner des représentants officiels lors d’événements internationaux, comme cela a été le cas régulièrement avec la Biennale de Venise. Dans ces cas, il est réservé aux entités qui sont invitées à cet effet sur proposition de la DGArtes.

A l’issue du Conseil des ministres du 22 avril, en conférence de presse, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, avait indiqué comme principaux objectifs de ces modifications du régime de soutien aux arts, le renforcement de « relations de travail stables », ainsi que la promotion d’une « plus grande stabilité dans le travail des entités artistiques », avec « des périodes sans concours plus longues », notamment dans le cadre du programme de soutien soutenu, permettant la tenue de concours triennaux. Le diplôme consacre les modalités biennales et quadriennales.

Selon le texte publié aujourd’hui, le diplôme « repose sur une vision structurante du secteur culturel », privilégie « une perspective globale et intégrée qui embrasse la diversité et l’hétérogénéité du panorama existant » et révèle également une articulation stratégique des programmes de soutien aux les arts avec la définition du statut des professionnels de la culture et avec la réglementation du Réseau des théâtres et cinémas portugais », publié lundi dernier, « renforçant et augmentant les liens et les complémentarités opérationnelles entre ces trois instruments de base de la politique publique de la culture ».

Le décret-loi publié aujourd’hui abroge certains articles et paragraphes du décret-loi n° 103/2017, qui reprend, en annexe, avec son libellé actuel, et abroge le décret-loi n° 225/2006.

AG (JRS/SS) // MAG

Le contenu Nouveau modèle de soutien aux arts privilégie l’existence de contrats de travail apparaît d’abord à Visão.