L’annonce a été faite aujourd’hui par le Teatro Nacional D. Maria II (TNDM), l’institution théâtrale portugaise concernée par ce projet STAGES, qui sera lancé lors d’une conférence-débat lors du Festival d’Avignon, le 15 juillet, et qui aura lieu entre janvier 2022 et décembre 2025.

L’idée derrière cette initiative, qui implique 14 théâtres partenaires, est de tester des solutions expérimentales aux plus grands défis posés par la crise climatique, a révélé TNDM dans un communiqué.

STAGES — Sustainable Theatre Alliance for a Green Environmental Shift a reçu deux millions d’euros de cofinancement de l’Union européenne pour tester, sur quatre ans, « des solutions radicales aux plus grands défis posés par la crise climatique ».

Parmi ces « challenges », figure l’impact carbone des tournées internationales : des partenaires présenteront des spectacles inédits sur la crise climatique, dans plusieurs pays européens (et même à Taïwan) sans déplacer ni personnes ni objets.

Une transformation durable à long et à court terme, à travers un processus d’auto-analyse, qui identifiera les principaux domaines de changement dans les théâtres partenaires, y compris sur des sujets tels que la conception des costumes, le déplacement du public et l’équilibre travail-vie des travailleurs, est également ciblé.

Un autre défi de ce projet est de développer une série annuelle d’événements participatifs et « d’ateliers » dans un Forum qui réunira des artistes, des scientifiques et le public pour rêver de « futurs désirables ».

« Le projet arrive à un moment où les théâtres recherchent de toute urgence de nouvelles façons de devenir résilients et inclusifs, après deux ans de pandémie, tout en reconnaissant la nécessité évidente de rattraper le temps perdu dans la mise en œuvre des 17 objectifs de développement durable (ODD). ) de l’ONU », indique le communiqué.

STAGES s’appuie sur les travaux initiés par le Théâtre Vidy-Lausanne, l’un des 14 partenaires du projet, qui a étudié pendant plusieurs années la possibilité d’utiliser le concept de Donut Economy — qui propose la création d’un modèle de développement durable permettant la prospérité de l’humanité, sans dépasser les limites planétaires — en train de faire du théâtre.

L’expérience de ce théâtre va maintenant être reproduite dans d’autres théâtres européens, avec la création de points de contact entre les membres de STAGES et les partenaires académiques, pour changer le rapport des théâtres et du public au concept de durabilité.

Ainsi s’affirme l’engagement des théâtres impliqués à repenser les processus de tournée, reconstituant deux performances créées par Katie Mitchell et Jérôme Bel pour le Théâtre Vidy-Lausanne, en utilisant des distributions locales, des décors locaux et même de l’électricité produite sur scène.

Le processus part d’un même scénario, partagé entre les partenaires, qui est accompagné de lignes directrices et de notes de bas de page, chaque équipe étant responsable de les utiliser lors de sa propre reconstitution ou de faire quelques adaptations.

L’un des premiers résultats positifs de ce projet a été le soutien solidaire à Trafo, un théâtre hongrois dont les fonds, déposés dans une banque russe, ont été fermés suite à l’invasion de l’Ukraine.

La moitié des partenaires de STAGES ont accepté de partager des fonds pour que Trafó produise l’adaptation de la pièce de Jérôme Bel et coproduise un spectacle supplémentaire dans la seconde moitié du projet.

Serge Rangoni, directeur artistique et directeur général du Théâtre de Liège, l’un des principaux partenaires du projet, a déclaré que « STAGES met l’accent sur la durabilité sociale et environnementale, ce qui est particulièrement pertinent pour les théâtres dans le contexte de la pandémie de Covid-19 , alors que les institutions à travers le continent recherchent de nouvelles façons d’être résilientes et de rétablir une relation avec des publics qui ont connu d’immenses transformations sociales ».

« Il tente également de répondre à une question difficile : est-il possible pour les théâtres de poursuivre leur indispensable travail en face à face avec les publics du monde entier sans accroître davantage leur impact sur la Terre ? Et en même temps, le pouvoir primordial de la culture peut-il être utilisé pour amplifier l’ambition, la créativité et l’inventivité affichées lors de la tournée STAGES, pour changer la façon dont chacun interagit avec la durabilité ? » a-t-il ajouté.

Rui Catarino, président du conseil d’administration du TNDM, a souligné que cette institution théâtrale « a parcouru, ces dernières années, un chemin d’amélioration continue de ses performances dans ces domaines ».

« Cela se reflète dans l’augmentation du service public rendu par le théâtre à des publics diversifiés, dans les initiatives d’inclusion sociale qu’il promeut, dans la diversification des sources de revenus et, entre autres, dans la performance environnementale de son bâtiment et de ses pratiques » , se souvient-il.

Pour le directeur du Teatro D. Maria, STAGES est de la plus haute importance pour le Teatro Nacional D. Maria II, car il met l’accent sur la durabilité environnementale et sociale des arts de la scène, servant de laboratoire pour de nouvelles pratiques artistiques et opérationnelles qui permettent de réduire l’empreinte carbone des théâtres, tout en favorisant la participation de groupes traditionnellement sous-représentés dans le contexte culturel.

« En se consacrant à la ‘transition verte’, il incitera les 14 partenaires internationaux à développer, adopter et diffuser des pratiques durables, ce qui, dans le cadre de la préparation des travaux de remodelage que connaîtra le TNDM en 2023, apparaît également comme un atout unique opportunité”, a souligné Rui Catarino”.

Outre le TNDM et le Théâtre de Liège (Belgique), le projet comprend les salles MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (France) ; Théâtre national croate de Zagreb (Croatie) ; The Royal Dramatic Theatre, Dramaten, Stockholm (Suède); Théâtre dramatique national de Lituanie (Lituanie); Piccolo Teatro di Milano — Teatro d’Europa (Italie); Trafo House of Contemporary Arts (Hongrie); NTGent (Belgique); Théâtre national slovène de Maribor – Slovensko narodno gledalisce Maribor (Slovénie) ; Université technique de Riga – Université de Lettonie (Lettonie) ; Convention théâtrale européenne (Allemagne); Théâtre Vidy-Lausanne (Suisse) et National Theatre & Concert Hall (Taiwan).

AL // MAG