L'ancien roi espagnol Juan Carlos 1, souillé par le scandale, s'est auto-imposé en exil, prétendument dans la «Casa da Santa Maria», une propriété romantique au bord de l'eau au cœur de Cascais.

Les journaux internationaux ont suggéré mardi que le principal royal avait volé du Portugal vers la République dominicaine. La presse nationale insiste cependant sur le fait qu'il se trouve à Estoril et qu'il doit emménager dans la Casa da Santa Maria, qui appartient actuellement à la municipalité locale.

Juan Carlos 1, aujourd'hui âgé de 82 ans et qui serait dans un état de santé délicat, a abdiqué au profit de son fils Filipe en juin 2014.

Jusque-là, il était une figure très populaire en Espagne. Mais depuis, sa réputation s'est effondrée, avec des rumeurs persistantes sur les amoureux, la corruption et les comptes bancaires suisses.

Les autorités espagnoles recherchent actuellement si le haut royal a reçu une «commission» de 65 millions de dollars pour avoir aidé à remporter un accord ferroviaire saoudien de 5,5 milliards de livres sterling. L’argent semble avoir été «transféré» sur le compte bancaire d’une ancienne maîtresse – d’où des soupçons de fraude fiscale et même de blanchiment d’argent.

Le site Web de la famille royale espagnole a publié lundi une lettre de Juan Carlos à son fils, le roi Felipe VI, disant: «Je vous informe de ma décision réfléchie de déménager, pendant cette période, hors d’Espagne.»

Les relations de Juan Carlos avec le Portugal remontent à son enfance lorsque ses parents vivaient dans la Villa Giralda d’Estoril. Son jeune frère Afonso – décédé dans un accident de tir impliquant Juan Carlos – est également enterré à Cascais.

Selon Sol aujourd'hui, interrogé sur le choix de la nouvelle maison par l'ancien roi, le maire de Cascais, Carlos Carreiras, a déclaré: «Juan Carlos est un citoyen de Cascais qui a vécu ici pendant de nombreuses années, a encore beaucoup d'amis ici et est encore vu avec tendresse aujourd'hui. Si lui et la maison royale espagnole choisissent Cascais, alors évidemment nous le recevrons avec toute notre amitié ».

La fille de l'ancien roi, Cristina de Bourbon, aurait également «  choisi '' le Portugal pour vivre il y a trois ans après que son mari ait été emprisonné dans l'affaire dite Nóos, impliquant l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent et le trafic d'influences (cliquez ici) .

natasha.donn@algarveresident.com