L’initiative se poursuit jusqu’à samedi et rassemble des poètes de différents lieux et langues pour Dias de Poesia, dans la troisième édition de cette rencontre et la première à se dérouler sous un double format, en ligne et en personne, a annoncé la Casa Fernando Pessoa.

À cette fin, le programme croise quatre variables : les poètes portugais présents et les poètes étrangers qui ont enregistré leurs apparitions audio et vidéo, et le public en personne ou en visionnage numérique.

Sous la devise « Outra vez te revejo — Lisbonne et le Tage et tout », cette rencontre — qui en est à sa troisième édition — vise à présenter au public les poètes les plus connus, mais aussi à en faire connaître d’autres qui n’ont pas encore été traduits. ou publié au Portugal.

L’édition de cette année de « Lisbonne revisitée — Dias de Poesia » réunit les poètes Conceição Lima (São Tomé et Príncipe), Jan Wagner (Allemagne), Luís Filipe Castro Mendes (Portugal), Miguel-Manso (Portugal), Regina Guimarães (Portugal) ), Rita Taborda Duarte (Portugal), Ron Padgett (États-Unis d’Amérique) et Samira Negrouche (Algérie) pour les conversations de l’après-midi, qui peuvent être suivies en ligne, et les lectures en fin de journée, qui se feront uniquement en personne, en l’auditorium de la Casa Fernando Pessoa.

Le programme comprend également la participation de deux acteurs, Dinarte Branco et Cassiano Carneiro, l’actrice Carla Galvão et la pianiste Inês Proença.

« Pour présenter et échanger avec les poètes, nous avons invité des chercheurs, des écrivains et des traducteurs, des lecteurs attentifs et habitués de la poésie. Sur la base de vos questions et propositions, nous pourrons entrer dans l’imaginaire de l’écriture des poètes invités — et ajouter nos lectures aux leurs », explique Clara Riso, directrice de Casa Fernando Pessoa.

L’un des grands avantages de cette rencontre est l’opportunité d’entendre les poèmes prononcés dans leur langue d’origine, puis traduits en portugais, apportant l’édition de cette année comme une nouveauté avec l’inclusion d’une autre langue, la langue des signes portugaise, qui rendra le programme encore plus inclusif.

« Les conversations seront interprétées et les lectures comprendront la participation de Patrícia Carmo, spécialiste de l’interprétation de poèmes pour la langue des signes portugaise. Comme dans d’autres traductions, nous invitons à travailler avec nous des natifs des langues cibles, poètes ou personnes ayant un rapport étroit avec la poésie », précise Casa Fernando Pessoa.

Selon le programme, les conversations peuvent partir de ce qui est fixé dans le poème, que ce soit un détail, une image ou une phrase que quelqu’un dit, ainsi que ce que ces poètes, qui sont aussi des lecteurs de poésie d’autres auteurs, peuvent partager avec les lecteurs.

Quant aux séances de lecture, elles permettent de connaître la musique et la cadence de ces poèmes, tout comme leurs auteurs les entendent dans leur tête, et les poètes présents les lisent en direct ; des poètes absents, cependant, la voix enregistrée sera entendue, suivie de la traduction portugaise lue par les acteurs et interprétée en langue des signes portugaise.

Lors de la séance d’ouverture, les chercheurs, écrivains et traducteurs invités par Casa Fernando Pessoa présenteront les poètes et diront qui sont ces écrivains, quelles sont leurs manières d’écrire, ce qui marque leur imaginaire.

Ils parleront des poètes présents et absents, essayant de faire connaître l’ensemble du panel, une session qui aura lieu dans l’Auditorium de la Casa Fernando Pessoa et sera retransmise en direct sur les réseaux numériques.

Pour les « Entretiens », des entretiens ont été organisés avec des couples de poètes et des entretiens individuels, de sorte que, lorsque les entretiens font partie d’un poète étranger, l’entretien soit préalablement enregistré pour une projection différée dans l’Auditorium de la Casa et pour une diffusion sur les réseaux numériques, et lorsque des auteurs portugais en font partie, ils se produisent en personne, mais aussi avec une transmission « en ligne ».

Les Lectures maintiennent le but d’écouter des poèmes dans les langues dans lesquelles ils ont été écrits, ce qui se produira dans l’auditorium avec des poètes portugais et en ligne avec des poètes d’autres pays, qui ont enregistré le son de leurs lectures.

Ces week-ends de lecture seront accompagnés d’un piano joué en direct dans l’auditorium.

AL // MAG