Le film «Metropolis», de Fritz Lang, avec de la musique live de Filipe Raposo, la pièce «Sopro», de Tiago Rodrigues, avec la troupe du Théâtre national D. Maria II, la musique de Bach de Benjamin Britten, Mozart et Rossini, Fauré et Aaron Copland, passent par le festival, qui se déroule du 10 au 25 juillet.

L'ouverture aura lieu avec la musique de Dmitri Chostakovitch, par l'Orchestre symphonique portugais (OSP). Au cours des trois derniers jours, le festival a maintenu sa tradition, avec la livraison de la scène à la National Ballet Company (CNB) et, cette fois, avec le début de deux nouvelles chorégraphies: «algo_ritmo», de Xavier Carmo et Henriett Ventura, avec musique originale de César Viana et «Symphony of Sorrows» de Miguel Ramalho sur la 3e symphonie d'Henryk Gorecki, la soi-disant «symphonie des lamentations».

Tout se passera dans la cour du Palácio Nacional da Ajuda, grâce à un protocole avec la Direction générale du patrimoine culturel, au lieu de la place habituelle en face du Teatro de S. Carlos (TNSC), au Chiado, en raison des exigences de la distance sociale et la logistique du festival en plein air, comme l'avait déjà indiqué à Lusa, au début du mois, le président de l'Organisation de production artistique (Opart), Conceição Amaral, qui gère TNSC et CNB.

Le programme est le premier défini par l'actuel directeur artistique de TNSC, la soprano Elisabete Matos, et comprend également deux hommages «aux héros et aux victimes de Covid 19», respectivement les 15 et 18 juillet, sous la direction du TNSC Choir.

Le programme musical, «particulièrement éclectique, destiné à différents publics», selon la présentation, est centré sur l'OSP et le Chœur du Théâtre national de São Carlos (CTNSC), qui assurent un total de six concerts.

L'Orchestre Invicta All-Stars, l'Orchestre de chambre Cascais et Oeiras et Camerata Atlântida sont d'autres formations participant au festival, en plus de CNB et de chanteurs lyriques tels que Dora Rodrigues et Alexandra Bernardo, Maria Luísa de Freitas, Carlos Cardoso, André Henriques et Carlos Guilherme.

Le film «Metropolis» (1927), de Fritz Lang, avec de la musique live de Filipe Raposo, sera projeté le 17 juillet, avec l'OSP dirigé par le chef Cesário Costa et le pianiste, en tant que soliste. Il s'agit d'une coproduction avec le Teatro Municipal S. Luiz, où le projet a été présenté en novembre de l'année dernière, près de 90 ans après la première projection du film au Portugal, dans la même salle.

Une autre nouveauté réside dans les premières, le 23 juillet, des chorégraphies "algo_ritmo", interprétées par Sara Ross, et "Symphony of Sorrows", par des danseurs de CNB. Les deux nouvelles œuvres de la compagnie sont présentées dans un programme qui comprend des extraits du premier acte du ballet «D. Quichotte », avec chorégraphie d'Eric Volodine, et retour sur scène Ajuda les jours suivants, les 24 et 25 juillet, pour clôturer le festival.

Pour la participation de CNB au festival, pendant trois jours, les 23, 24 et 25 juillet, le président d'Opart a déclaré à Lusa, lors de l'annonce du nouvel emplacement du festival, qu '«il fallait adapter les chorégraphies, les repenser dans un d'avoir moins de danseurs sur scène et pratiquement aucun contact entre eux ».

L'ouverture d'Ao Largo, le 10 juillet, est «sous le signe de la joie» avec le groupe de cuivres et percussions de l'OSP, sous la direction de Pedro Neves, interprétant «la musique de l'un des plus grands créateurs du siècle» xx, Dmitri Chostakovitch, un homme qui a su échapper à un régime cruel par l'humour (parfois très corrosif) et une imagination sonore sans limites ».

Le compositeur russe entendra Festive Opening. Le programme comprend également des œuvres de Giuseppe Verdi, Aaron Copland et Georges Bizet, entre autres compositeurs.

Le lendemain, métaux et percussions sont suivis par les cordes de l'OSP, en concert avec la participation de la soprano Susana Gaspar. Le spectacle, qui s'ouvre avec les «Concerts Brandeburger» de Johann Sebastian Bach, suit un conseil de Verdi: «Tornate all'antico e sarà un Progress» («Retournez à l'ancien et ce sera un progrès»).

Le programme, selon l'organisation, "prouve que ce recul, en art, peut ne pas être un geste conservateur ou réactionnaire", mais plutôt une évolution. Le programme comprend des pièces de Heitor Villa-Lobos et Enrique Granados.

OSP, sous la direction musicale de Joana Carneiro, se produira le 19 juillet avec des œuvres de Mozart, Dvorák et Tchaikovski.

Le 12, il monte sur scène «Sopro», une pièce écrite et mise en scène par Tiago Rodrigues, créée en 2017 lors de la 71e édition du Festival des Arts d'Avignon, dans le sud de la France, avant d'être exposée au Teatro Nacional D. Maria II.

La pièce aborde l'un des métiers du théâtre, le point, et présente les performances de Beatriz Maia, Cristina Vidal, Isabel Abreu, Marco Mendonça, Romeu Costa et Sara Barros Leitão.

Le 13, Camerata Atlântica présentera le programme «Entre Tangos e Boleros», d'Astor Piazzola, Augustín Lara et Consuelo Velásquez, entre autres, avec le ténor Carlos Guilherme comme soliste. Le programme se combine avec la danse des danseurs Graciana Romeo et Marc Hussne.

Le 14, les Invicta All-Stars, sous la direction d'António Saiote, présentent un «programme éclectique», de la voix des clarinettes, «un« pot-pourri »de chansons et de thèmes très populaires, de ceux auxquels l'humanité n'est pas résignée. oublier », selon la présentation.

Dans ce concert, il y aura «tout: musique pour le cinéma d'Alan Silvestri, musique immortalisée par la voix d'Amália Rodrigues, dont le centenaire de la naissance est célébré cet été 2020, chansons immortelles, (comme) 'Moon River', thèmes populaires , venant de différentes latitudes et longitudes », lit-on au programme du festival.

Le premier hommage du festival, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, cible «les héros qui sont à l'avant-garde de la lutte contre la maladie» et a lieu le 15. Le CTNSC, sous la direction du chef João Paulo Santos, il interprète la «Little Missa Solene» de Rossini, composée en 1863, pour solistes avec la soprano Dora Rodrigues, la demi-soprano Maria Luísa de Freitas, le ténor Carlos Cardoso et le baryton André Henriques.

Le deuxième hommage, aux victimes de Covid-19, est le 18, et le programme comprend des œuvres de César Franck, Mozart et Gabriel Fauré, dont Requiem sera interprété. La direction musicale est assurée par la chef d'orchestre Joana Carneiro. La soprano Alexandra Bernardo et le baryton Luís Rodrigues seront solistes.

Le Cascais et l'Oeiras Chamber Orchestra, sous la direction du chef d'orchestre Nikolay Lalov, se produiront le 20 juillet, en tant que solistes de la soprano Filipa Portela, qui a remporté le Concours international d'Estoril en 2017, et de la violoniste Lilia Donkova.

Le programme des concerts comprend «Andante Festivo», de Jean Sibelius, «Polyptyque», pour violon et deux petits orchestres à cordes, par Frank Martin, et «Les Illuminations», pour soprano et cordes, par Benjamin Britten.

L'année dernière, TNSC a estimé la présence d'environ 1 500 spectateurs, pour chaque spectacle du Festival.

Tous les programmes commencent à 21h30, comme les autres années, à l'exception de la Companhia Nacional de Bailado, qui, dans d'autres éditions, a commencé à 22h00.

Comme toujours, l'entrée est gratuite.

NL (AG) // MAG

Théâtre, cinéma, musique et deux premières CNB au Festival ao Largo du Palácio da Ajuda apparaissent en premier à Visão.