1-1-e1669908198824-png
14101691_wm-8543733-3985020-jpg

TC a approuvé la direction de l’Entité pour la transparence qui devrait commencer en février

Dans un communiqué, la Cour constitutionnelle (TC) a annoncé que la proposition du président, João Caupers, pour la composition de l’Entité pour la transparence (EpT) a été approuvée aujourd’hui en séance plénière, nommant comme président le professeur associé de la Faculté de droit de Coimbra Ana Raquel Moniz et comme membres Mónica Correia, consultante juridique à la Faculté de médecine de Porto, et Pedro Miguel Nunes, coordinateur d’équipe à l’Autorité fiscale et douanière.

Quant à l’installation physique de l’EpT, le TC a déclaré avoir renoncé à la solution de location provisoire qu’il avait conçue en novembre dernier car la première phase de la rénovation et de l’adaptation du Colégio de Santa Rita « Palácio dos Grilos », Coimbra, et a estimé que pendant le mois de février les espaces de travail seront mis à disposition.

« Dès réception des équipements et mobiliers commandés, des espaces de travail adéquats seront mis à disposition des trois dirigeants de l’Ept et des trois autres salariés, ce qui devrait avoir lieu au cours du mois de février », indique le TC, dans le communiqué.

L’installation de l’EpT sera achevée avec l’achèvement de la deuxième phase des travaux, un processus que le TC prévoit de prendre « un maximum de six mois ».

La plate-forme électronique qui permettra le traitement informatisé des déclarations uniques de patrimoine et de revenus « est terminée », indique le TC, ajoutant qu’après les tests nécessaires, « la réception provisoire interviendra, jusqu’à fin février ».

Toujours selon le calendrier prévu par la Cour constitutionnelle, « les procédures internes et les formalités légales indispensables au fonctionnement de la plateforme devraient être achevées au cours du deuxième trimestre 2023 ».

« La Cour et l’Université de Coimbra estiment que le gouvernement remplira son obligation légale de l’installer, notamment en surveillant les travaux et en signant la réception provisoire et la réception définitive respectives des travaux », lit-on.

Selon une note bibliographique publiée par le TC, la présidente de l’EpT, Ana Raquel Gonçalves Moniz, était directrice adjointe de la faculté de droit de l’Université de Coimbra, où elle travaille actuellement en tant que professeure associée et chercheuse intégrée à l’institut juridique. Auparavant, il a obtenu un doctorat en sciences juridico-politiques.

Le conseil d’administration de l’entité est également composé des membres Mónica Maria Bessa Correia – qui coordonne actuellement le noyau de conseil juridique et de protection des données de la Faculté de médecine de l’Université de Porto – et Pedro Miguel da Silva Esteves Ribeiro Mascarenhas Nunes, ancien inspecteur des impôts et actuellement « coordinateur de l’équipe d’appui technique à l’Administration fiscale et douanière (AT)/Direction des enquêtes et actions spéciales fraudes (DSIFAE) ».

Le communiqué indique que cette composition a été proposée par le président de la Cour constitutionnelle, João Caupers, et acceptée par les autres juges.

L’Entité pour la transparence, agréée en 2019 et en attente d’installation depuis, supervisera les déclarations uniques de revenus, de patrimoine et d’intérêts des titulaires de fonctions politiques et de hautes fonctions publiques.

TA (SF) // SF

Articles récents