La Commission nationale pour la protection des données (CNPD) considère que rendre obligatoire l’utilisation de l’application «StayAway Covid» «soulève de sérieuses questions concernant la vie privée des citoyens» et attend l’occasion de prendre la parole au Parlement.

Dans un communiqué, envoyé à plusieurs rédactions et publié intégralement par l'Observateur, la CNPD affirme qu '«elle a toujours œuvré pour le caractère volontaire de l'application du suivi de proximité (contact tracing)».

«Imposer par la loi l'utilisation de l'application Stayaway, quel que soit le contexte, soulève de sérieuses questions concernant la vie privée des citoyens, supprimant la possibilité de choisir, s'ils le souhaitent, de ne pas confier le contrôle de leur localisation et de leurs déplacements à des tiers. , que ces sociétés multinationales soient en dehors de la juridiction nationale, ou de l'État », a déclaré la CNPD.

L'entité a ainsi réagi à l'annonce faite aujourd'hui par le Premier ministre, António Costa, que le gouvernement allait présenter à l'Assemblée de la République une proposition de loi qui demandait «une procédure d'urgence, afin que l'utilisation obligatoire» de l'application soit imposée «StayAway Covid» dans les contextes professionnel, scolaire et académique, dans les forces armées et les forces de sécurité et dans l'ensemble de l'administration publique », a-t-il annoncé.

La CNPD est directement opposée à cette initiative, indiquant que «l'utilisation obligatoire de cette application suscite également de fortes réserves sur le plan éthique, car elle accentue particulièrement les discriminations envers les citoyens, la plupart des personnes n'ayant pas accès à ce type d'application».

L'organisation a rappelé que "cette application ne fonctionne que sur des modèles très avancés de certains téléphones intelligents".

La Commission estime donc «que l'application d'une législation de cette nature sera difficilement réalisable», soulignant que «selon un rapport présenté cette semaine par le Conseil de l'Europe, aucun pays sur un total de 55 pays adhérant à la Convention de Protection des données (Convention 108), a obligatoirement mis en œuvre ce type d'application ».

Enfin, la Commission a assuré qu '"elle aura certainement l'occasion de commenter le contenu de la proposition de loi référée dans le cadre de la procédure parlementaire".

Selon le Premier ministre, le gouvernement remettra ce projet de loi, qui comprend également l'utilisation obligatoire des masques sur la voie publique, "soit aujourd'hui en fin de journée, soit demain (jeudi) dans la matinée".

Le Bloc de gauche et le CDS ont déjà critiqué cette initiative gouvernementale.

ALYN (JF / FM) // RBF

Le contenu obligatoire de StayAway Covid ouvre «de sérieux problèmes» de confidentialité », déclare CNPD apparaît en premier dans Vision.