Le secrétaire général du PCP, Jerónimo de Sousa, a affirmé aujourd’hui, à Porto, que le sommet social de l’Union européenne (UE) n’a pas répondu aux besoins liés à l’emploi, à l’augmentation des salaires et à la fin de la précarité des jeunes.

Le leader communiste s’adressait aux journalistes en marge du défilé convoqué par la Confédération générale des travailleurs et qui a rassemblé des milliers de personnes sur le trajet entre Praça do Marquês et Avenida dos Aliados, à Porto.

« Je pense que la grande importance de cette manifestation est que nous entendons la voix qui manquait au prétendu sommet social », a commenté Jerónimo de Sousa, dans une réponse aux conclusions du sommet, qui, a-t-il insisté, a fait pas aborder ce qui est essentiel.

Au contraire, a souligné le secrétaire général, il a été constaté qu’après des décennies de proclamation de grands objectifs dans l’Union européenne – tels que «plein emploi, éradication de la pauvreté» – «la situation est de plus en plus dramatique pour des millions et des millions de personnes. pas seulement portugais, mais aussi au niveau de l’Union européenne ».

Le leader communiste a critiqué l’UE pour le «manque de réponses dans ce contexte de pandémie, dans un contexte général de la nécessité d’augmenter les salaires, l’emploi avec des droits, pour ne pas précaire les jeunes, qui connaissent aujourd’hui le drame du CDD contrat, à l’heure, à la pièce, avec tout ce qu’elle génère dans leur vie ».

«Le sommet n’a pas répondu à cela et c’est pourquoi nous pouvons voir la dimension de cette initiative, une grande manifestation qui n’a pas été vue depuis un certain temps. Je pense que cela a une grande importance », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, il a également estimé que le gouvernement actuel «a un problème, qui est l’énorme suivant par rapport à ce que sont les décisions qui se transforment en impositions sans aucune question».

«Ce gouvernement a des responsabilités, notamment dans les changements pour le pire dans le Code du travail, sans répondre à la question fondamentale qu’est la précarité, qui affecte, fondamentalement, les jeunes. Il ne répond pas aux salaires. Il y a eu de petites avancées, mais ce n’est pas ce sommet qui déterminera, contrairement à ce que pensent de nombreux Portugais, que la référence du salaire minimum national sera la moyenne des pays de l’Union européenne », a-t-il déclaré.

À son avis, il s’agit «d’essayer de vendre un chat dans un coup».

Interrogé sur la satisfaction exprimée par les dirigeants européens à l’issue du sommet, Jerónimo de Sousa a posé des questions: «Quelle est la raison pour laquelle vous êtes satisfait? Quels ont été les objectifs atteints en termes concrets et matériels? ».

«Les déclarations de circonstances sont toujours bonnes par rapport à une situation. Mais qu’en est-il de l’emploi, de la précarité, des horaires de travail, du droit à la négociation collective? Ces questions restent sans réponse et se heurtent à la bonne humeur des participants au sommet », a-t-il ajouté.

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne se sont engagés aujourd’hui, lors du sommet social de Porto, à « approfondir la mise en œuvre » du socle européen des droits sociaux, arguant qu’il s’agit d’un « élément fondamental de la reprise » après la crise pandémique .

Dans la déclaration de Porto, les dirigeants européens soulignent que, «à mesure que l’Europe se remettra progressivement de la pandémie de covid-19, la priorité sera de passer de la protection à la création d’emplois et d’améliorer la qualité de l’emploi, là où les petites et moyennes entreprises (y compris entreprises sociales) jouent un rôle clé ».

Défini par la présidence portugaise comme le point culminant du semestre, le Sommet social avait au centre de l’ordre du jour le plan d’action du socle européen des droits sociaux, présenté par la Commission européenne en mars, qui prévoit trois grands objectifs pour 2030: ont au moins 78% de la population active, 60% des travailleurs reçoivent une formation chaque année et retirent 15 millions de personnes, dont cinq millions d’enfants, menacées de pauvreté et d’exclusion sociale.

JFO (ANE) // ROC

Le contenu du Sommet social: Jerónimo de Sousa dit que les vrais problèmes n’ont pas été résolus apparaît d’abord dans Visão.