Après, en 2009, elle présente deux installations vidéo dans la chapelle de la Casa de Serralves, où elle a l’occasion de rencontrer Manoel de Oliveira (1908-2015), dont un moment enregistré resté pour la postérité, l’œuvre du réalisateur français est de nouveau à l’affiche à Serralves, cette fois à la Casa do Cinema, du nom du cinéaste portugais.

« Agnès Varda (1928-2019) affirme avoir eu trois vies : d’abord comme photographe, puis comme cinéaste et, enfin, comme plasticienne. Passant par chacune de ces trois modalités, cette exposition témoigne de la manière dont sa production artistique s’est développée en dialogue avec son travail cinématographique, étant aussi représentative de la manière dont la réalisatrice s’est réinventée », a rappelé la Fondation Serralves, dans un communiqué.

L’exposition « Ombre et Lumière » comprendra deux installations : « Une cabine de cinéma : La serre du bonheur », à partir de 2018, et « Patatutopia », à partir de 2003.

Les deux œuvres « s’offrent à une confrontation identique : la fausse vivacité des tournesols et la détérioration des pommes de terre, l’image stéréotypée du bonheur et la représentation allégorique de la vieillesse ».

« Des oppositions qui, in fine, s’accordent et se subliment dans un antagonisme entre une critique de l’inutilité et les principes éthiques et esthétiques du réemploi, la lutte contre le gaspillage et l’obsolescence — dans tous les sens : matériel, symbolique, politique, filmique et humain. » a souligné Serralves, dans le même texte, à propos de l’exposition organisée par le directeur de la Casa do Cinema Manoel de Oliveira, António Preto.

À la mort de Varda en 2019, Preto a déclaré à Lusa qu’avec la disparition de la cinéaste, « une façon de faire du cinéma et une compréhension du cinéma dont elle était une pionnière » avaient également été perdues.

« C’est représentatif de cette nouvelle façon d’envisager la possibilité de filmer et le monde à travers la caméra. C’était une cinéaste profondément curieuse, profondément agitée et profondément généreuse. Les films traduisent toutes les dimensions de sa personne, qui se confond avec l’œuvre », a déclaré le directeur de la Casa do Cinema Manoel de Oliveira.

António Preto, qui a écrit en 2016 le discours élogieux pour l’attribution du doctorat « honoris causa » à Agnès Varda par l’Universidade Lusófona do Porto, a souligné que la mort du cinéaste était « une perte énorme pour le cinéma européen et pour le cinéma d’auteur ».

Multi-récompensée tout au long d’une carrière débutée en 1954 avec « La Pointe-Courte », Varda est née à Bruxelles le 30 mai 1928, d’un père grec et d’une mère française, s’installant à Paris pour étudier la photographie, selon sa biographie. Culture.

Habituellement classée comme la « grand-mère » du mouvement cinématographique « Nouvelle Vague », Varda s’est fait remarquer, quelques années après ses débuts, avec « Cléo de 5 à 7 » (« Duas Horas na Vida de uma Mulher », dans le titre portugais ).

Parmi ses films les plus connus et primés figurent « Sem Eira Nem Beira », « Les Plages d’Agnès », « Deux heures dans la vie d’une femme », « Le Bonheur », « Les glaneuses et la glaneuse » et « La plages d’Agnès ».

Il a reçu les récompenses cinématographiques les plus importantes, dont le Léopard d’honneur au Festival de Locarno, la Palme d’Or au Festival de Cannes et l’Oscar d’honneur.

TDI/(SS) // CC