« La fiabilité des systèmes garantit toujours, dans des conditions normales, l’approvisionnement de toute la population de la commune, mais, compte tenu du nouveau contexte national de sécheresse, il est urgent de mettre en œuvre des mesures extraordinaires et préventives », a déclaré le maire de Abrantes, Manuel Jorge Valamates, à la réunion de direction.

Renforcer la réduction des temps d’irrigation dans les espaces verts, faire avancer un projet global de captage d’eau à partir de sources alternatives, promouvoir l’utilisation de compteurs communicants et la généralisation des minuteries et intensifier le contrôle des usages de l’eau des bornes-fontaines sont quelques-uns des mesures préventives annoncées aujourd’hui par la municipalité d’Abrantes, une municipalité qui a enregistré des pertes d’eau dans le système de l’ordre de 20 %, en 2021, dont la plupart étaient liées à des ruptures de canalisations.

« Nous voulons installer des compteurs intelligents rapidement, ou dès que possible, afin que, chaque fois qu’il y a des ruptures, ces compteurs puissent immédiatement envoyer un message au système afin que nous ayons l’information que nous sommes confrontés à des ruptures », a déclaré le maire socialiste. Lusa. .

Ce projet pilote a débuté il y a deux ans, avec des compteurs installés dans la ville d’Esteveira, qui « permettent la lecture automatique de la consommation d’eau, mais, fondamentalement, permettent l’identification des fuites existantes ainsi que le contrôle de la consommation, évitant ainsi le gaspillage d’eau ». « .

L’intention de la municipalité est maintenant d’étendre le système à d’autres endroits avec une consommation plus élevée.

D’autre part, Manuel Jorge Valamatos a souligné l’importance de la « télégestion dans les réseaux d’étiage, dans les réseaux d’eau domestiques », avec « des programmes et des instruments capables de signaler quand il y a des pertes », promettant un « investissement continu » dans un ensemble de « projets de remédiation », réhabilitation des réseaux déclassés pour améliorer le système et faire en sorte qu’il y ait le moins de pertes possible ».

Comme l’a rappelé le maire d’Abrantes, dans le district de Santarém, il s’agit d’un projet de « travaux continus qui ont commencé au début du XXIe siècle », lorsque la municipalité et les services municipaux d’Abrantes (SMA) ont repensé le réseau d’approvisionnement en eau. de la municipalité. , ayant alors décidé d’aller de l’avant avec «l’option stratégique d’approvisionnement en eau du réservoir» de Castelo do Bode.

« Cette politique stratégique à long terme a été définie à travers une vision globale de défense de l’efficacité de l’eau et d’anticipation des périodes de sécheresse, comme celle que nous connaissons actuellement, augmentant la disponibilité et la qualité de l’eau sur tout le département », a-t-il souligné.

De plus, a-t-il ajouté, dans le même temps, « chaque jour des investissements sont réalisés dans le remodelage des anciens réseaux basse tension avec un pourcentage de pertes plus élevé ».

Concernant les mesures désormais annoncées, à compter d’aujourd’hui, la municipalité d’Abrantes va « renforcer la réduction des temps d’irrigation dans les espaces verts au temps strictement nécessaire à la survie des plantes », bien que les plus grandes soient déjà arrosées à partir de « forages » et d’irrigation automatique systèmes, avec des programmateurs pour profiter des heures de moindre consommation (nuit) et de moindre évapotranspiration.

En plus de « continuer à repenser les espaces verts, en regroupant les espèces selon leurs besoins en eau », la municipalité va également développer un projet global de captage d’eau de sources alternatives pour des usages « moins nobles » que l’eau traitée, à savoir pour l’irrigation des espaces verts. et, dans certains cas, pour le lavage et l’approvisionnement des véhicules de lutte contre l’incendie, « évitant ainsi le gaspillage d’eau traitée pour la consommation humaine ».

Parmi les autres mesures annoncées aujourd’hui figurent la désactivation totale ou partielle des bassins d’agrément et des fontaines qui ne disposent pas encore de systèmes de recirculation, l’intensification des contrôles d’utilisation de l’eau dans les fontaines publiques et la généralisation des minuteries dans les systèmes de robinetterie et de douche des bâtiments sous gestion municipale. , ainsi que dans les fontaines publiques.

Il y a aussi l’interdiction de remplir les piscines privées par les pompiers avec l’eau fournie par la SMA et le renforcement des campagnes de sensibilisation de la population pour une utilisation rationnelle de l’eau et de l’énergie.

MYF // VAM