L’opéra « O Rouxinol », de Sérgio Azevedo, est destiné aux enfants et sa première est prévue les 29, 30 et 31 janvier, sous la direction musicale du maestro João Paulo Santos et la mise en scène de Mário João Alves.

Depuis 2011, le TNSC n’a pas présenté d’opéra pour enfants. Cet opéra présente des performances, entre autres, d’Ana Sofia Ventura et de Diogo Oliveira.

Il s’agit d’une commande du TNSC et d’un projet « très choyé » par la directrice artistique, Elisabete Matos, qui, dans un entretien avec l’agence Lusa, a souligné « la possibilité pour les jeunes et les enfants de venir à S. Carlos pour regarder des œuvres leur est destiné » et qu’il s’attend à être présenté hors de Lisbonne, dans les écoles.

La Symphonie 2022, de Nuno Corte-Real, est créée le 13 janvier par l’Orquestra Sinfónica Portuguesa (OSP) sous la direction de Corte-Real, dans un concert dont la soprano Elisabete Matos sera la soliste. Au programme de ce concert figurent également le prélude de « Tristan et Isolde » et la transfiguration d’Isolde, de Richard Wagner, et « Rédemption : Morceau Symphonique », de César Franck.

La saison lyrique présente, entre octobre et juin 2023, six opéras, dont une nouvelle production de « Blimunda », d’Asio Corghi, sous la direction musicale du chef d’orchestre José Eduardo Gomes et la mise en scène de Nuno Carinhas, dans le cadre des célébrations du centenaire de la naissance de l’écrivain José Saramago (1922-2010).

La saison symphonique compte 13 concerts, entre septembre prochain et juin 2023. En plus du TNSC, OSP se produit au Teatro Camões, au Centro Cultural de Belém (CCB) et au Mosteiro dos Jerónimos, à Lisbonne, et au Teatro Municipal Joaquim Benite (TMJB) , à Almada, principalement sous la direction de son chef principal, Antonio Pirolli.

Au monastère des Jerónimos, le 13 décembre, l’OSP, sous la direction de Nuno Corte-Real, présente « Tremor » et « Magnificat Manuelino », de Corte-Real, avec la soprano Bárbara Barradas en soliste.

Se référant au programme, Elisabete Matos a déclaré: « C’est un retour à la soi-disant normalité dans laquelle, aux niveaux lyrique, symphonique et choral-symphonique, nous revenons à ce qui est important pour nos corps artistiques, et nous revenons à avoir ce qui distingue le TNSC, nous sommes de retour pour faire de grands travaux.

La soprano a souligné la présence de « portugais de qualité et pas seulement parce qu’ils sont portugais » au programme, avec deux créations de compositeurs nationaux, mais aussi la présence de chanteurs dans les différentes distributions et chefs d’orchestre.

Joana Carneiro, ancienne chef d’orchestre de l’OSP, revient le diriger en mai, au CCB, avec un programme qui comprend Ligeti, Salonen et Richard Strauss.

La soprano Rita Marques joue dans l’opéra « O Elixir do Amor », de Donizetti, qui ouvre la saison lyrique les 01, 03, 06 et 08 octobre, avec la présence régulière de chanteurs nationaux dans les différentes distributions.

Cristiana Oliveira et Cátia Moreso dirigent l’opéra « O Trovador », de Verdi, qui clôture la saison lyrique en juin 2023.

Elisabete Matos a déclaré que la saison lyrique « a été conçue pour donner la parole aux chanteurs portugais, à savoir ceux qui ont des carrières internationales ».

« Nous avons l’obligation pour le TNSC de donner aux Portugais la possibilité de se présenter », a-t-il déclaré.

Dans la saison symphonique, des noms comme le pianiste António Rosado dans le concert du 11 décembre, sous la direction de Pirolli, et entièrement rempli de pièces de César Franck, la mezzo-soprano Maria Luísa de Freitas dans le concert choral-symphonique du 18 Mars 2023, sur TMJB et le lendemain sur CCB, dans un programme qui comprend « Alexandre Nevski », de Sergueï Prokofiev, et la suite « Belkis, reine de Saba », d’Ottorino Respighi, ou encore le chef d’orchestre Nuno Coelho qui dirige l’OSP lors de leur dernier concert de la saison, le 24 juin. Ce concert comprend « Vathek », de Luís de Freitas Branco, « How Slow the Wind », de Tóru Takemitsu, et « La Mer », de Claude Debussy.

La saison symphonique comprend également un concert de Noël rempli de Messa di Gloria, de Puccini, avec le ténor Luís Gomes et le baryton André Baleiro, le 22 décembre, au TMJB et, le lendemain, au Teatro Camões, et un concert de Pâques, le 6 avril, au TNSC, composé de la Symphonie n.º 2 en ut mineur, « Ressurreição », de Mahler, sous la direction de Pirolli et avec la soprano Carla Caramujo et la mezzo-soprano Maria José Montiel.

La saison lyrique comprend également les titres « Lúcia di Lammermoor », de Donizetti, mis en scène par Alfonso Romero Mora, en mars 2023, et « Der Fliegende Holländer », de Wagner, mis en scène par Graeme Jenkins, qui seront sur la scène du 24 au 26 avril, un opéra qui n’avait pas été joué à S. Carlos depuis 1986.

Elisabete Matos est à deux mois de la fin de son mandat actuel et n’écarte pas la possibilité de prendre sa place de suppléante sur le banc du PS. La soprano a été élue députée du Parti socialiste, dans la circonscription de Braga, dont elle est originaire, lors des dernières élections législatives.

A propos de l’avenir, il dit à Lusa qu’il ne veut pas être « fiscal », et dresse un « bilan très positif » de sa direction artistique, reconnaissant qu’il lui restait à créer un studio d’opéra, « quelque chose d’essentiel pour les chanteurs nationaux », qui n’était pas inconscient de la pandémie, « mais le théâtre n’a jamais fermé ».

NL // TDI