« Dans les cinq prochaines années, nous allons recevoir 200 nouveaux avions et nous avons un plan qui prévoit qu’environ 15%, soit 30, de ces nouveaux avions seront basés au Portugal », avance le président exécutif du groupe Ryanair, Michael O’Leary, dans un entretien avec Agência Lusa, à Bruxelles.

« Nous allons certainement grandir à Porto, nous allons grandir à Faro et à Madère, […] mais le grand défi est, pouvons-nous grandir à Lisbonne ? », demande-t-il.

Rappelant que Ryanair « continue d’appeler à l’ouverture du [novo aeroporto no] Montijo », Michael O’Leary critique le fait que le gouvernement continue de « reporter l’ouverture », pour des raisons environnementales.

« Il est urgent d’ouvrir [novo aeroporto do] Montijo parce que Lisbonne est la ville d’Europe qui a les meilleures perspectives touristiques pour les cinq ou 10 prochaines années », mais quand même « le trafic à Lisbonne est actuellement limité à environ 24 millions de passagers à Portela », renforce le responsable. .

Selon Michael O’Leary, le trafic total à l’aéroport de Lisbonne « pourrait être de 40 millions de passagers et sera de 40 millions de passagers dans les cinq ou 10 prochaines années, en particulier si Montijo ouvre ».

De plus, « plus de ‘slots’ doivent être mis à disposition à Lisbonne », ajoute-t-il.

Les aéroports portugais ont accueilli 24,8 millions de passagers en 2021, un chiffre supérieur de 39 % à celui de 2020, mais inférieur de 58 % à celui de 2019, avant la pandémie, selon Vinci, propriétaire d’ANA — Aeroportos de Portugal.

Selon les données publiées par Vinci, l’aéroport de Lisbonne a clôturé 2021 avec un peu plus de 12,1 millions de passagers, soit une augmentation de 31 % par rapport à 2020 et une baisse de 61 % par rapport à 2019.

Dans le cas de Porto, l’année dernière, elle a accueilli 5,8 millions de passagers, soit 32 % de plus qu’à la même période et 55 % de moins par rapport à 2019.

Faro, avec 3,2 millions de passagers, a enregistré une augmentation par rapport à 2020 de 48% et une baisse par rapport à 2019, qui a atteint 64%.

Environ deux millions de passagers ont transité par Madère, soit une augmentation de 73% en glissement annuel et une réduction de 40% par rapport à 2019 et, enfin, le mouvement des passagers aux Açores était de 1,6 million de passagers, 80% de plus qu’en 2020 et 34% de moins qu’en 2019.

Le secteur de l’aviation ayant été fortement touché par la pandémie de covid-19, les dernières prévisions internationales indiquent que les transporteurs aériens européens ne devraient pas afficher de bénéfices avant 2023 ou 2024, au mieux.

L’augmentation actuelle des prix du carburant met également la pression sur le secteur de l’aviation, qui tente toujours de se remettre des conséquences du Covid-19.

ANE // MSF