1-1-e1669908198824-png
230122_mb13568_wm-5507676-8289327-jpg

Rui Rocha met PSD et PS dans le même sac, promet de « diriger l’opposition » et de descendre dans la rue en février

Rompre avec le bipartisme, atteindre 15 % dans les prochaines Législatures et, d’ici là, mener l’opposition : telles sont les lignes avec lesquelles le nouveau président de l’Initiative libérale entend diriger le parti. Après un combat au bâton avec la parlementaire Carla Castro, le député Rui Rocha a remporté l’élection à la présidence, ce dimanche, avec 51,7% des voix de la VIIe Convention nationale.

« Le gouvernement PS peut s’accrocher au pouvoir, mais il est politiquement mort et c’est nous qui l’avons déclaré avec la motion de censure que nous avons présentée », a-t-il dit, dans son discours de victoire, qu’il a dédié à sa famille (à sa femme et ses deux enfants) et à l’ancien leader, qui l’a soutenu dans cette course. Rui Rocha a promis de poursuivre l’opposition de l’ancienne direction au gouvernement socialiste, mais il n’a plus été tendre avec les sociaux-démocrates, qu’il a accusés de s’articuler avec le PS dans l’accord pour l’emplacement du nouvel aéroport, lors du vote sur la motion de censure d’IL ou en cours de révision constitutionnelle « que le PS et le PSD s’apprêtent à cuisiner ».

Toujours au sujet du processus de révision constitutionnelle, le nouveau président de l’IL n’a pas perdu de temps et a interpellé les quelque mille membres présents à la Convention au Palais des Congrès de l’accompagner dans une manifestation contre le pouvoir du bloc central dans la révision constitutionnelle. . La manifestation aura lieu en février.

Rui Rocha remporte le parti avec un discours tourné vers l’extérieur, vers le pays, mais il débute son mandat par un défi inattendu dans un parti encore restreint. Des blessures ont été ouvertes lors de la réunion principale, qui doivent maintenant être guéries et Rocha sait d’avance qu’il n’a pas toute la fête avec lui. Il ne l’a pas ignoré et, dans ses premiers mots, a promis l’unité.

Rui Rocha a remporté l’élection avec 51,7 % des voix ; Carla Castro avait 44%.

« J’appelle tous les libéraux qui veulent participer à l’avenir d’IL », a-t-il déclaré, ajoutant que « le parti a besoin de transformation et nous allons le faire très rapidement, car nous voulons un parti prêt pour les combats que nous avons là ».

« Le seul parti qui a la vision d’amener le Portugal à un niveau différent est l’IL », a poursuivi le dirigeant, notant que les libéraux doivent « transformer complètement le pays ». « Nous ne pouvons plus tolérer la stagnation, la pauvreté, l’étouffement, la bureaucratie ».

Rui Rocha, 52 ans, est né à Braga, est licencié en droit et, jusqu’à son arrivée à l’Assemblée de la République, l’année dernière, a construit une carrière liée à la gestion des ressources humaines. Très actif sur les réseaux sociaux, il a été chroniqueur au journal « Novo » et écrit désormais pour « Expresso ». Il faisait partie de la direction de Cotrim de Figueiredo, en tant que membre.

Articles récents