Contactée par l’agence Lusa, une source à la galerie a indiqué que les sculptures ont été réalisées entre 2020 et 2021, et « chez elles, l’idée de non-distinction entre intérieur et extérieur continue de se développer, à supposer que les deux aient la même importance, et qu’ils sont la même chose ».

Dans cette exposition du sculpteur Prêmio Pessoa 2015, qui sera présentée jusqu’au 20 novembre, à l’exception de deux pièces suspendues au plafond, et quatre autres sur des étagères, les œuvres ont été posées directement au sol, sans socle ni aucun type de socle.

« Le visiteur est invité à regarder le sol, avec l’humilité de celui qui baisse la tête pour voir ce qui semble indigne de notre regard. Silencieuses, elles nous aident peut-être à nous souvenir que, parfois, il faut regarder en bas pour se lever », indique un texte de l’artiste à propos de l’œuvre récente.

Dans un deuxième moment de l’exposition, quatre sculptures, datant de 2017, sont présentées dans la salle peinte en bleu/gris, qui a servi d’étude à l’œuvre « La Nuit », réalisée en 2018, qui comprenait la sculpture en plâtre  » Le Nez », d’Alberto Giacometti.

Cette œuvre a été présentée dans l’exposition « Rui Chafes et Alberto Giacometti – Gris, Vide, Cris », organisée par Helena de Freitas, à la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris, en 2018.

Récompensé en 2015 par le prix Pessoa, Rui Chafes est né à Lisbonne et a étudié la sculpture à la faculté des beaux-arts de l’université de Lisbonne, entre 1984 et 1989.

Il a étudié à la Kunstakademie Düsseldorf, de 1990 à 1992, avec Gerhard Merz, et a également reçu le prix de sculpture Robert-Jacobsen, en Allemagne, en 2004.

En 1995, Rui Chafes a représenté le Portugal, avec José Pedro Croft et Pedro Cabrita Reis, à la 46e Biennale d’art de Venise, et, en 2004, il a participé à la 26e Biennale de São Paulo, avec un projet commun avec Vera Keep the.

En 2013, il fait partie des artistes internationaux invités à exposer au Pavillon de la République de Cuba, à la 55e Biennale de Venise.

Son travail est exposé au Portugal et à l’étranger depuis le milieu des années 1980. En 2014, il présente l’exposition anthologique « O peso do paradise », au Centre d’art moderne de la Fondation Calouste Gulbenkian, à Lisbonne.

Son travail est représenté dans plusieurs collections européennes, telles que le Esbjerg Kunstmuseum, au Danemark, le Museum Folkwang Essen, en Allemagne, le Musée national Reina Sofia, en Espagne, le Calouste Gulbenkian Foundation Modern Art Center, et la Serralves Foundation, au Portugal , le Musée d’Art Moderne au Brésil et le Centre Pompidou en France.

Une partie de son activité est consacrée à l’écriture et à la traduction, ainsi qu’à l’organisation et à la publication de livres qui accompagnent son travail sculptural.

AG // TDI

Contenu Rui Chafes révèle 12 sculptures récentes dans l’exposition « Nada Existe » à Lisbonne apparaît d’abord à Visão.