Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a souligné aujourd’hui, 1er mai, que les travailleurs portugais ont été «grandement sacrifiés» par la pandémie du covid-19 et les a remerciés pour «ce qu’ils ont enduré».

«Les travailleurs ont naturellement été grandement sacrifiés par la pandémie. Ils n’étaient pas les seuls. De nombreux propriétaires micro et moyens l’étaient. Mais aussi les retraités, les retraités et les jeunes. Mais les ouvriers ont été beaucoup sacrifiés et le mot que je dois leur adresser est merci, comme à tous les Portugais, pour ce qu’ils ont enduré », a déclaré le chef de l’Etat, lors d’une visite aux Açores.

Marcelo Rebelo de Sousa, qui s’est entretenu avec des journalistes après une rencontre avec des dirigeants parlementaires au siège de l’Assemblée législative des Açores, sur l’île de Faial, a salué la détermination des travailleurs portugais, qu’il considérait avoir très bien endurée, comme discipline , courage et résistance », Compte tenu des revers causés par le covid-19.

« Il est juste qu’ils célèbrent la fête du Travail maintenant, en regardant vers l’avenir et en réfléchissant à la manière dont nous allons reconstruire l’économie et la société », a souligné Marcelo Rebelo de Sousa.

Le Président de la République a exprimé, en revanche, l’espoir d’une amélioration progressive de la situation économique et sociale du pays et que la lutte contre la pandémie et le processus de vaccination se poursuivent positivement sur tout le territoire national.

«Je pars d’ici avec un profond espoir que la pandémie se terminera rapidement, également ici aux Açores, et que cela signifie le début de l’activité économique et sociale, l’ouverture de l’économie, la reprise du tourisme, en particulier dans ce qui c’est le plus important, c’est-à-dire la vie des gens », a déclaré le chef de l’Etat.

Marcelo Rebelo de Sousa a également déclaré qu’il était conscient que «la pandémie a suspendu la vie des gens» pendant plus d’un an, mais a rappelé que le Portugal voit enfin le temps de surmonter cette «période difficile de sacrifice».

Interrogé si le pays n’aurait pas dû déjà préparer une loi sur la santé, qui réglemente les règles de transition, après la fin de l’état d’urgence, le président de la République a estimé qu’il valait mieux attendre la fin de la pandémie, et alors seulement poursuivre le processus.

«J’ai posé cette question aux partis politiques il y a environ un mois et demi, et ils ont compris qu’au milieu de la pandémie, ça n’avait pas de sens, et qu’après ça se verrait», a rappelé Marcelo Rebelo de Sousa, ajoutant qu’il serait préférable de « maintenir l’état de calamité », afin d’assurer « une transition douce et progressive, au lieu de débattre d’une loi » qui demanderait beaucoup de travail « .

Le chef de l’Etat est en visite aux Açores et à Madère, pour saluer les autorités régionales, à l’issue de son élection pour un second mandat à la présidence de la République.

RF // PJA

Le contenu Rebelo de Sousa remercie le sacrifice des travailleurs pendant la pandémie apparaît d’abord à Visão.