La pièce s’inspire de la vie du père de l’écrivain, un ouvrier français de l’industrie lourde, et a été écrite en 2018, à la suite d’une visite d’Édouard Louis, dans laquelle il le trouve « choquant méconnaissable », comme le dit le texte. , au programme du 38e Festival de Almada.

« J’ai écrit ceci pour vous déshonorer », a déclaré l’écrivain sur Twitter à l’époque, s’adressant au président français Emmanuel Macron.

Dans « Who Killed My Father », l’écrivain confronte également le spectateur à « l’homophobie violente » de quelqu’un qui a été victimisé par sa famille d’ouvriers qui l’ont toujours « ostracisé à cause de son homosexualité ».

Détruit très jeune par sa vie d’ouvrier dans l’industrie lourde, le père d’Édouard Louis est présenté dans la pièce comme une « victime de l’exploitation abjecte que les élites politiques continuent de faire des plus faibles socialement ».

Un homme comme les autres qui, « sans appel, sont obligés de travailler dur qui les tue avant l’heure, avec l’aide décisive de l’alcool, seule échappatoire dans des vies marquées par la violence », ajoute le synopsis.

« Un portrait implacable et émouvant », écrivait le critique, dans le journal néerlandais De Volkskrant, lors de son ouverture.

« Qui a tué mon père » est une adaptation théâtrale du livre « Qui a tué mon père », un monologue conçu exprès pour l’acteur néerlandais Hans Kesting, qui y joue le rôle principal.

La pièce – avec une scénographie et des éclairages de Jan Versweyveld, des costumes de Na D’Huys et une musique de Geoge Dhauw – aura deux autres représentations dans la salle Garrett de D. Maria II, vendredi et samedi.

Cependant, et en raison de l’impossibilité pour le duo de créateurs Laida Goñi (Espagne) et Txalo Toloza (Chili) de se rendre au Portugal, le spectacle dans lequel ils ont joué, « Terras do Sul », qui a commencé un cycle de cinq représentations jeudi, à le Forum Municipal Romeu Correia, à Almada, a été remplacé par « Scènes de vie conjugale », d’Ingmar Bergman, mis en scène par Rita Calçada Bastos.

Une « ode à l’amour et à la vie quotidienne », basée sur la série (et le film) du dramaturge et metteur en scène suédois Ingmar Bergman (1918-2007), dans laquelle il réfléchit « à quelle fréquence vous parvenez à sauver l’amour », a-t-il déclaré. Calçada Bastos à Lusa, lors de la première de sa version, en juin dernier, au Teatro S. Luiz, à Lisbonne.

Les acteurs Ivo Canelas et Katrin Kaasa sont les protagonistes de cette mise en scène, qui comprend également le travail vidéo du réalisateur João Canijo.

Dans l’auditorium Fernando Lopes-Graça, « Scènes de la vie conjugale », après jeudi, a plus de représentations, vendredi, samedi et dimanche, à 21h30. Le samedi, il y a aussi une session à 15h00.

CP // MAG

Le contenu « Qui a tué mon père » marque l’arrivée du Festival d’Almada au Teatro D. Maria II apparaît pour la première fois à Visão.