Dans un communiqué de presse, le président du PSD CJN, Paulo Colaço, affirme que deux candidatures ont été déposées pour la présidence de la Commission politique nationale et que toutes deux remplissent les conditions requises.

« Après avoir satisfait aux exigences légales et réglementaires, les deux candidatures qui ont été déposées sont confirmées », indique la note, qui sera désormais publiée dans l’organe officiel du PSD, Povo Livre, ainsi que les propositions de stratégie globale des deux candidats.

La date limite de dépôt de la candidature à la présidence du parti s’est achevée aujourd’hui à 18h00 et seuls les processus de candidature de l’ancien leader parlementaire du PSD, qui a officialisé jeudi, et, aujourd’hui, de l’ancien vice-président social-social démocrate.

Les candidatures doivent être signées par un minimum de 1 500 signatures et doivent être accompagnées d’une proposition de stratégie globale et d’un budget de campagne.

Luís Montenegro a livré, selon sa candidature, plus de 2 800 signatures, un budget d’environ 48 000 euros et la motion « Croire », qui a été la devise de sa candidature.

Jorge Moreira da Silva n’a pas pu être présent à la livraison aujourd’hui car il était infecté par le covid-19, mais le processus a été livré par son directeur et coordinateur de campagne : environ 1 800 signatures, un budget de 47 500 euros et la motion « Droit à l’avenir ”.

Selon le site du PSD, 44 632 militants disposent d’un quota valable pour voter (chiffres qui peuvent varier légèrement jusqu’au scrutin, puisque la période de réclamation est toujours en cours), en dessous de l’univers électoral du dernier direct, en novembre dernier : 46 664 membres avec leurs quotas à jour, dont 36 476 ont voté.

Les militants avec une cotisation valide représentent 52% du nombre total de militants actifs du PSD, soit 85 833 (ayant payé au moins une cotisation au cours des deux dernières années).

Comme à l’accoutumée, quatre circonscriptions concentrent la majorité des quotas payés : Porto, Braga, Lisbonne (Métropole) et Aveiro, dans cet ordre, regroupent 54,6 % des militants en mesure de voter aux élections directes du 28 mai.

Vient ensuite Madère et, avec moins de 2 000 militants en mesure de voter, Viseu, Leiria, Coimbra et Vila Real.

Parmi les municipalités, le point culminant est celui de Lisbonne avec plus de 2 000 militants en mesure de voter, celui de Barcelos et Vila Nova de Famalicão (tous deux dans le district de Braga) avec plus de 1 800 et 1 400, respectivement, et ceux de Porto et Vila Nova de Gaia, chacune avec plus d’un millier de membres avec des quotas valides.

Avec moins de militants pouvant exercer leur droit de vote, il y a les quartiers de Beja, Portalegre et les structures en Europe et Hors Europe.

Dans les dernières directives du PSD, l’abstention s’est établie à 21,83 %, légèrement supérieure à celle de 2020, où elle tournait autour de 20 %, bien que près de 4 000 militants de plus aient voté à cette élection qu’à la précédente, en termes absolus.

A cette occasion, le président du PSD Rui Rio – qui n’est pas re-candidat à ces élections directes anticipées – a obtenu 52,43 % des voix, soit 1 746 de plus que celles obtenues par l’eurodéputé Paulo Rangel, la plus courte victoire jamais obtenue au suffrage direct au sein du PSD. , après qu’en 2020 Rui Rio a battu Luís Montenegro par 2071 voix.

Rui Rio a obtenu le vote de 18 852 militants et Paulo Rangel de 17 106, après avoir été compté 329 votes blancs (0,9% du total) et 189 votes nuls (0,5%).

SMA //RBF