Le député et économiste Joaquim Miranda Sarmento a annoncé aujourd’hui qu’il était candidat à la direction du groupe parlementaire PSD, disant vouloir « contribuer à l’union » du parti.

« Compte tenu de la programmation des élections pour le groupe parlementaire PSD, j’ai compris, en liaison étroite avec le président du PSD, le Dr. Luís Montenegro, pour présenter ma candidature à la direction du groupe parlementaire », dit-il, dans une déclaration écrite envoyée à Lusa.

Miranda Sarmento, qui a été présidente du Conseil stratégique national sous la direction de Rui Rio et a coordonné la motion stratégique de Luís Montenegro, a donné trois raisons à cette candidature, annoncée peu de temps après que Paulo Mota Pinto a annoncé qu’il convoquerait des élections à la magistrature pour le 12 juillet. « à la demande » du nouveau président élu.

« Premièrement, contribuer à l’union du PSD. Contribuer à ce que le groupe parlementaire soit uni, cohérent et engagé dans cette nouvelle phase du parti et en lien étroit avec la direction du Dr. Luís Montenegro », dit-il.

Deuxièmement, le professeur universitaire de Finance, de l’ISEG, estime qu’il peut « apporter sa contribution, avec une équipe compétente et motivée, pour que le groupe parlementaire ait un rôle central dans le contrôle rigoureux des actions du gouvernement et dans l’opposition politique à la situation actuelle ». majorité absolue ».

« Au moment actuel de la vie politique nationale, le PSD mènera l’opposition au gouvernement avec une majorité absolue qui, après seulement 3 mois au pouvoir, est déjà devenu un rouleau compresseur du pouvoir absolu, de l’incompétence et de l’égarement », critique-t-il.

Comme troisième raison, le professeur assistant à l’ISEG invoque son « expérience professionnelle et académique et les deux ans et demi de présidence du Conseil stratégique national du PSD » pour que le groupe parlementaire soit, en collaboration avec tous les organes du parti, « un pilier fondamental dans l’affirmation du PSD, non seulement dans la direction de l’opposition et le contrôle du gouvernement, mais dans l’alternative dont le Portugal a besoin ».

« Une alternative basée sur le travail, la réflexion, la discussion et la décision. Une alternative basée sur un programme, des mesures, des projets et des propositions réformistes, ambitieux et crédibles. Une alternative qui permet de mettre le Portugal sur la voie de la croissance économique (par opposition aux deux dernières décennies de stagnation économique socialiste) », ajoute-t-il.

Joaquim Miranda Sarmento assure avoir « tous les députés PSD, qui forment un groupe parlementaire riche de diversité et de qualité politique et technique ».

« Ce qui nous unit est bien plus que ce qui finira par nous séparer. Tous sont importants pour donner le meilleur de vous-même durant ces années. Tout est important pour aider le PSD à être une opposition, mais surtout une alternative forte et crédible et à gagner la confiance des Portugais », lance-t-il un appel.

Joaquim Miranda Sarmento, 43 ans, a été conseiller économique du président de la République Cavaco Silva dans son second mandat, consultant pour l’UTAO (Unité technique d’appui budgétaire) et a travaillé une dizaine d’années au ministère des Finances.

Paulo Mota Pinto, qui a été élu leader parlementaire le 7 avril pour un mandat de deux ans avec plus de 90 % des voix, a annoncé aujourd’hui qu’il convoquerait des élections anticipées pour la direction du banc pour le 12 juillet, après avoir été informé par le président élu. , Luís Montenegro, qui avait l’intention de changer la direction du banc.

« J’étais disponible pour exercer le mandat et pour collaborer, articuler, avec la direction du parti », a-t-il assuré.

Cependant, il a estimé que le maintien du poste dépendrait de la légitimité électorale et de la « confiance politique » de la direction du parti.

« J’ai été informé par le président élu du parti, Luís Montenegro, qu’il avait l’intention de changer la direction du groupe parlementaire et, pour cela, que de nouvelles élections aient lieu. La deuxième condition que j’ai indiquée n’est pas vérifiée », a-t-il justifié.

Mota Pinto convoquera officiellement les nouvelles élections pour la direction du groupe parlementaire le premier jour ouvrable en fonction de la nouvelle direction – lundi 4 juillet -, ce qui reportera l’élection au 12 juillet (huit jours plus tard, comme indiqué dans le règlement). du banc).