S’adressant aux journalistes à l’Assemblée de la République à l’issue d’une réunion du groupe parlementaire PS avec le Premier ministre, António Costa, avec la ministre du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, Ana Mendes Godinho, et avec la ministre des Affaires parlementaires , Ana Catarina Mendes, sur l’Agenda du travail décent, Eurico Brilhante Dias a déclaré que, pour les députés socialistes, « c’est un moment particulièrement important ».

« C’est un projet de loi qui sera débattu cette semaine. [na sexta-feira]qui sera présenté par le gouvernement, mais dans lequel le groupe parlementaire non seulement soutient, mais est également fortement impliqué afin que, dans le débat sur la spécialité, il puisse s’améliorer et contribuer à des améliorations », a déclaré Brilhante Dias.

Pour le leader parlementaire du PS, l’Agenda pour le travail décent « est une réforme centrale pour valoriser le travail et, surtout, pour valoriser le travail des jeunes ».

« Ce n’est qu’en valorisant le travail et la qualité de la relation d’emploi que nous pourrons retenir et attirer les talents, faire revenir ceux qui sont partis, attirer les étrangers qui veulent travailler dans notre pays et, surtout, faire de cette réforme une réforme fondamentale pour accroître la compétitivité du marché et la main-d’œuvre portugaise pour attirer les meilleurs », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si, puisque le PS entend introduire des améliorations au projet de loi dans la spécialité, il sera ouvert à accepter les propositions présentées par BE, PCP, PAN et Livre en la matière, Brilhante Dias a répondu : « C’est une position de principe que nous avons toujours ».

« Le groupe parlementaire PS a un programme qui lui est propre, qui est le programme électoral transformé en programme gouvernemental, nous luttons pour nos propositions, mais c’est une condition pour nous : dans la spécialité, nous écoutons, nous saluons les améliorations au sein de ce que , naturellement, , est la volonté des Portugais. Ils ont donné la majorité absolue au PS pour exercer cette majorité absolue et gouverner », a-t-il souligné.

S’exprimant devant Eurico Brilhante Dias, le ministre du Travail a défendu que l’Agenda du travail décent est « un agenda puissant, c’est un agenda nécessaire et c’est un agenda décisif pour le pays, pour les travailleurs et aussi critique pour les entreprises ».

« C’est un agenda qui vise précisément cet objectif, ce besoin qu’a le Portugal de valoriser les travailleurs, de valoriser les jeunes et aussi d’avoir cette capacité d’avoir des mesures concrètes, à savoir promouvoir le travail décent, augmenter les salaires, lutter contre la précarité, concilier vie personnelle et familiale et, surtout, valoriser les jeunes sur le marché du travail », a-t-il déclaré.

Interrogée sur le fait qu’en matière de concertation sociale, tant les syndicats que le patronat se sont opposés à la proposition de loi qui sera débattue, Ana Catarina Mendes a déclaré qu’« il était évident pour chacun qu’il s’agit d’un programme équilibré qui cherche justement à concilier les différents intérêts en jeu ».

Le responsable a déclaré qu’en plus de chercher à répondre à des intérêts différents, ce projet de loi vise également à « garantir et réaffirmer les priorités » assumées par le gouvernement « depuis le début de la construction » de l’Agenda du travail décent, à savoir « répondre aux problèmes du pays et de valoriser les travailleurs ».

« Ça voudrait dire que c’est une mission qu’on assume et, pour cette raison, je pense aussi qu’aujourd’hui, ici, avec les députés du PS, ça a été très bien reçu », a-t-il indiqué.

La législation sur l’Agenda du travail décent — approuvée en Conseil des ministres le 2 juin — sera débattue ce vendredi à l’Assemblée de la République.

TA // LCA