Entendu à la commission d’enquête sur le processus des agendas de mobilisation, qui s’est déroulée aujourd’hui à Ponta Delgada, Francisco Sá a déclaré qu’il n’était pas au courant d’un montant spécifiquement destiné aux Açores résultant de ce soutien du PRR.

« Si ces 117 millions [destinados ao Açores] rapporté aux agendas de mobilisation, est quelque chose dont l’IAPMEI n’est pas au courant. Pour l’IAPMEI, les agendas de mobilisation disposent d’une allocation globale de 930 millions d’euros », a-t-il déclaré.

Francisco Sá a toutefois noté que « les questions de nature plus politique et stratégique » sont « traitées à un niveau supérieur » à l’IAPMEI, qui est « l’entité intermédiaire » dans le processus.

« Dans le décret de loi, dans l’ordonnance et dans l’avis, rien ne définit que les agendas de la région autonome des Açores peuvent bénéficier d’un traitement spécifique ou spécial dans le cadre des agendas [Mobilizadoras]», a-t-il renforcé.

Le 20 octobre, après avoir critiqué le processus, le président du gouvernement régional, José Manuel Bolieiro, a annoncé que les demandes des entreprises açoriennes pour 117 millions d’euros du PRR partiraient de zéro, avec la garantie que pas un centime ne serait perdu. .

Aujourd’hui, Francisco Sá dit « qu’il ne voit pas de cadre » pour relancer le processus en vue d’accompagner les entreprises de la région.

« Dans la mesure où nous gérons [das Agendas Mobilizadoras], dans le contrat que nous gérons avec la structure de mission Recover Portugal, je ne vois pas de cadre. À moins que quelque chose, un avenant ou autre, ne soit apporté au contrat. Pour le moment, je n’ai aucune information à ce sujet », a-t-il déclaré, interrogé par les déclarations du président de l’exécutif régional (PSD/CDS-PP/PPM).

Le président de l’IAPMEI a déclaré qu’il n’avait pas reçu de « plaintes » pour un prétendu manque de transparence dans la conduite du processus et a souligné qu’il n’y avait pas « d’actions de communication spécifiques pour aucune région du pays ».

«La diffusion des agendas mobilisateurs était de la responsabilité du système, depuis le début jusqu’à la structure de la mission Recover Portugal et IAPMEI a également assumé cette responsabilité. Dans ce contexte, nous avons développé un ensemble d’actions, dont un « webinaire » [um seminário online] nationale », a-t-il déclaré.

Comme il l’a dit, l’IPMEI a participé à « toutes les réunions » demandées pour « clarifier » le processus.

Sans mentionner de cas précis, Francisco Sá a également déclaré que plusieurs «territoires» du pays «ont utilisé des consultants» pour préparer les candidatures aux agendas mobilisateurs.

En juillet 2021, le secrétaire aux Finances de l’époque, Bastos e Silva, avait souligné qu’en plus des 580 millions alloués à la région dans le cadre du PRR, les Açores recevraient 117 millions supplémentaires qui seraient « consignés » à des « fonds nationaux », à justifier les 5% alloués aux régions autonomes du total des fonds du PRR portugais.

Pour mardi, l’audition de l’ancien ministre de l’Economie Siza Vieira était prévue, mais les députés ont rejeté la demande de tenue de la séance par voie télématique, et l’ancien ministre doit désormais justifier son absence pour ne pas encourir un crime de désobéissance. .

La commission d’enquête sur les agendas mobilisateurs a été approuvée à l’unanimité au parlement des Açores en octobre 2021, après que plusieurs partis ont mis en cause la gestion faite par le gouvernement régional (PSD/CDS-PP/PPM) des fonds prévus dans le PRR pour l’archipel sous ce programme.

Il s’agissait d’un montant initial de 117 millions d’euros, financé par le PRR, destiné à des projets d’innovation, de tourisme et d’agro-industrie, que les entreprises açoriennes qui présentaient des projets en consortium avec d’autres groupes économiques pouvaient solliciter.

Suite aux critiques du processus, les consortiums créés aux Açores ont abandonné les propositions, en octobre, à la demande du président du gouvernement régional, qui a déclaré avoir la «garantie» du gouvernement de la République que les fonds destinés au région n’étaient pas en jeu. .

RPYP (CYB/ACG) //