« En 2022, les ‘rappeurs’ Capicua et Nerve dialoguent avec les chorales d’Abrantes et de Louriçal, se familiarisent avec les légendes locales et les récits de vie, et travaillent sur ce matériau. Le résultat : deux territoires, deux ‘rappeurs’, deux chorales, deux spectacles finaux, un documentaire, un ‘making of’ et les enregistrements audio du recueil renouvelé. Deux réalités de la culture sur scène », a déclaré l’association Artemrede, promotrice du projet, dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Jusqu’à ce que Recanto atteigne la scène, il y avait « des recherches, des propositions de nouvelles paroles et des répétitions ».

Dans le spectacle, 20 chansons seront présentées, qui conservent les sonorités « traditionnelles », mais « introduisent de nouveaux personnages dans des paroles complètement réécrites par les deux ‘rappeurs' ».

La création de nouvelles paroles, a expliqué Capicua, cité dans le communiqué, était quelque chose qui « est venu dans le ‘brainstorm’ initial » après l’invitation à « faire quelque chose en rapport avec les groupes choraux ».

« La partie écriture me passionne toujours et j’ai pensé que cela pourrait être un moyen important de croiser le travail des chœurs ou des groupes musicaux avec une dimension territoriale, culturelle et sociale de chacun des lieux », a-t-il déclaré.

Capicua considérait que les paroles des chansons «permettraient d’explorer les thèmes qui ont à voir avec ce qu’est l’expérience de chaque territoire, et ce qui a à voir avec les légendes, les histoires locales, les histoires des gens, l’histoire de la groupes eux-mêmes. , la culture de ce contexte géographique ».

« Je pensais que les paroles seraient un bon point de départ pour explorer tout cela », a-t-il déclaré.

Capicua et Nerve, pour Elisabete Pereira, de l’Orfeão de Abrantes, « ont réussi à transmettre certaines de ces histoires ».

« Ana et Tiago ont réussi à les mettre dans les chansons qui nous ont été proposées. Et c’était très, très gratifiant et les gens sont super contents. Ils trouvent très drôle de faire des paroles dans cette chanson à laquelle nous sommes habitués, avec une histoire qui nous raconte quelque chose », a-t-il partagé, également cité dans le communiqué.

Nerve a accepté l’invitation parce qu’il était « en dehors » de sa « zone de confort artistique ».

« Il m’a semblé très difficile d’appliquer certaines des techniques de notre métier, de jouer ici avec les syllabes. Même dans le contexte du rap, il y a toujours plus de syllabes, d’autres moins, il faut jouer à des jeux de mots là et ainsi de suite. Et appliquer cela à un format complètement différent m’a semblé très intéressant », a-t-il déclaré.

Sortir de la zone de confort a d’abord donné « un peu peur » aux membres du groupe Louriçal Cavaquinhos. « On a commencé à se dire : « Est-ce que c’est nécessaire de ‘raper’ ? » Parce qu’aucun de nous n’est doué pour ça », a déclaré en riant Cristina Diniz, de ce groupe.

Le spectacle Recanto, qui comprend les groupes Cant’Abrantes, le Grupo de Cavaquinhos do Orfeão de Abrantes et le Choir Mixto do Orfeão de Abrantes, et le Grupo de Cavaquinhos do Louriçal, est présenté samedi à Abrantes, dans le Parque de São Lourenço , et le 18 juin à Louriçal, à Largo Dom Luís Meneses. Les représentations sont à 21h30.

Artemrede est un projet de coopération culturelle et territoriale « qui opère depuis 2005 dans les domaines de la programmation en réseau, du soutien à la création, de la formation et de la médiation culturelle ».

Elle compte actuellement 18 membres : les municipalités d’Abrantes, Alcanena, Alcobaça, Almada, Barreiro, Lisbonne, Moita, Montemor-o-Novo, Montijo, Oeiras, Palmela, Pombal, Santarém, Sesimbra, Sobral de Monte-Agraço, Tomar, Torres Vedras et la coopérative Rumo.

JRS // TDI